Boekgegevens
Titel: Aperçu de l'histoire des divers peuples du monde, tant anciens que modernes. Avec l'explications des principales phrases et mots: ouvrage destiné à faciliter aux jeunes gens l'étude de l'histoire
Auteur: Gärdner, P.
Uitgave: Amsterdam: Schalekamp, Van de Grampel et Hanssen, 1824
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 4021
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205910
Onderwerp: Geschiedenis: algemene wereldgeschiedenis; geschiedenis van grote gebiedsdelen, bevolkingsgroepen en beschavingsgebieden: algemeen
Trefwoord: Wereldgeschiedenis, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Aperçu de l'histoire des divers peuples du monde, tant anciens que modernes. Avec l'explications des principales phrases et mots: ouvrage destiné à faciliter aux jeunes gens l'étude de l'histoire
Vorige scan Volgende scanScanned page
-48 -
il sut inspirer au prince et au peuple un goût pour
les arts, ce qui fut augmenté encore par Kublay
(1276), qui, s'étant emparé de la Cliine, fit adopter
aux Mogols les mœurs pacifiques et l'amour pour
les arts des Chinois.
Au bout de 162 ans, les Mogols perdirent la
Chine , qui recouvra sa première liberté. Sans le
grand Timur ou Tamerlan (1370), toutes les conquêtes
des Mogols en Asie auraient été perdues égale-
ment. Ce prince sut les conserver, et soutint l'em-
pire chancelant; mais la discorde entre ses fils fit
pencher la monarchie de plus en plus vers sa ruine.
La majeure partie des provinces leur fut enlevée.
Babor (1526), un des successeurs de Tamerlan, au
lieu de faire des efforts pour reconquérir les pro-
vinces perdues, s'empara des Indes ou del'Indostan, et
établit le siège de son gouvernement à Dehli. — Il
est vrai, cet empire ne pouvait pas être com-
paré pour l'étendue, à celui qu'avaient fondé
Gengis-Kan et Tamerlan; mais il le surpassa de
beaucoup en richesses, en civilisation et en bonnes
lois, qui furent dictées sur-tout par Hakbar (1556}.
A cette époque, l'empire des Mogols compta
150 provinces. Aureng-Zeb (1658), d'abord un tyran,
mais dans la suite un bon monarque, étendit les
bornes de l'empire, par la conquête de la pres-
qu'île en deçà du Gange. — L'indolence, la mol-
lesse et la folle ostentation des princes suivants,
accéléra la décadence de cet empire. Les gouver-
neurs