Boekgegevens
Titel: Aperçu de l'histoire des divers peuples du monde, tant anciens que modernes. Avec l'explications des principales phrases et mots: ouvrage destiné à faciliter aux jeunes gens l'étude de l'histoire
Auteur: Gärdner, P.
Uitgave: Amsterdam: Schalekamp, Van de Grampel et Hanssen, 1824
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 4021
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205910
Onderwerp: Geschiedenis: algemene wereldgeschiedenis; geschiedenis van grote gebiedsdelen, bevolkingsgroepen en beschavingsgebieden: algemeen
Trefwoord: Wereldgeschiedenis, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Aperçu de l'histoire des divers peuples du monde, tant anciens que modernes. Avec l'explications des principales phrases et mots: ouvrage destiné à faciliter aux jeunes gens l'étude de l'histoire
Vorige scan Volgende scanScanned page
- 135 -
trépide navigateur, après avoir perdu quatre vais-
seaux, périt lui-même dans un combat, le 27 avril,
et le seul navire, qui restât, revint en Espagne, le
6 septembre 1522; ce fut donc le premier, qui eût
fait le tour du monde.
Dans toute l'Amérique, on n'avait trouvé que
deux États civilisés, savoir le Mexique dans l'Amé-
rique-Septentrionale, et le Pérou dans l'Amérique-
Méridionale ; tous les autres, à l'exception de quel-
ques tles, méritaient à juste titre le nom de sau-
vages , vivant du produit de la chasse et de la
pèche, dans la plus profonde ignorance, sans arts,
sans ^travail et sans industrie.
Le Mexique fut découvert en 1519, par Fernand
Cortez. Il y trouva un empire civilisé, gouverné
par un empereur ou sultan, dont l'autorité et les
revenus étaient très-considérables; ses sujets, vi-
vant dans des villes, jouissaient de tous les avan-
tages de la société.
Cortez ayant fait une descènte à l'endroit ^ appelé
depuis Fera-Cruz, se dirigea d'abord sur la capitale,
et y entra, maigre les présents, que lui fit offrir
l'empereur Montézume pour l'éloigner. Cortez,
à peine maître de la ville, se saisit de la personne
de l'empereur, et l'obligea à se soumettre ; mais te
peuple , informé de cette perfidie, devint furieux,
tua son propre souverain, et chassa les Espagnols,
qui essuyèrent une perte considérable. Cortez, bien
I 4 loin