Boekgegevens
Titel: Nederlandsche geschiedzangen, naar tijdsorde gerangschikt en toegelicht door J. van Vloten
Auteur: Vloten, J. van
Uitgave: Amsterdam: Schadd, 1864
Nieuwe uitg; 1e uitg.: 1852
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, 113: NED 398.87
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205857
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Nederlandse letterkunde
Trefwoord: Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Nederlandsche geschiedzangen, naar tijdsorde gerangschikt en toegelicht door J. van Vloten
Vorige scan Volgende scanScanned page
— 1C4 —
devant. Le vent s'esleva, grant tempeste vint, la mer se
troubla tant subitement, horrible, et impétueulx, que les
maronuiers et conducteurs de la navire ne purent avaller
ne maistrier leurs voiles; et alors qu'ils estoient les plus
empeschez pour donner remède à ce grant désordre, ung
très furieulx et très véhément turbillon de vent se férit
parmy le grant voile, tant rudement et de telle fachon,
qu'il emporta le deboult d'iceluy dedcns la mar, et quelle
puissance que les maronuiers eussent, il eschappa de leurs
mains; et alors fut toute espérance perdue;----
— — — — — — —-----mais Nostre-
Seigneur, qui souvent exaulce les prières de ceubc qui sont
en dure affliction, print pitié de la desolée compaignie;
car le soleil esparoit ses rok sur la marine; maronuiers
montèrent sur leurs hunes, apperceurent la terre, congneu-
reut véritabletnent que c'estoit l'ung des ports d'Engleterre,
et adonc fut engendrée grant liesse et corraige des malheu-
reux infortunez. L'ung chautoit de coeur gay, l'autre plou-
roit de joye; l'ung Dieu regratioit, l'autre le bénissoit. Nul
ne sçauroit imaginer l'exaltation qu'ils avoient en l'inspe-
xion de la terre, après qui chacun aspiroit ; s'en furent les
désolez, consolez; les desconfîs, assouffis; les aggravez,
ranimez; les esbahy^, resjoys; les despitez, respitez; les
langoureux vigoureux; et les allitez, suscitez. —---
Et tous ensemble, par grant affection de corraige, chan-
tèrent à pleine voix: Te Deum Laudamus,
Chose de grant admiration advint durant l'espace que se
lit ce loange, car le petit oiselet qui s'amonstra au navire
du roy, avant ceste oultrageante tempeste, s'apparut de
rechief audit navire, et chanta avec les autres pour létifîer
ceste égregieuse société. Les augures du temps anticque
en eussent fa'ict ung grand prodige; mais il est à supposer
qui'! préconisoit la bien heureuse journée qui lors leur es-
toit advenue; il est escript: Âves domini nuncios. Et com-
me les angèles, qui sont les oiseauk du ciel, démainent
grant léesse, quand les pénitens sont purifiez par le feu du
purgatoire, et parviendent à port de salift et salvation éter-
nelle, pareillement les chapelains et chantres du roy, ac-
comparez aux oiselets, doibvent mélodieusement desgorger