Boekgegevens
Titel: Herinnering aan Petrus de Raadt
Auteur: Kramers, J.H.
Uitgave: Rotterdam: Kramers, 1863
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 674 D 42
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205848
Onderwerp: Pedagogiek: opvoeding binnen opvoedingsinstellingen
Trefwoord: 1800-1900, Pedagogen, Bibliografieën (vorm), Raadt, Petrus de
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Herinnering aan Petrus de Raadt
Vorige scan Volgende scanScanned page
85

mutuel. Cette méthode est basée sur une qualité de
l'ame dc Tenfant ])nr laquelle il apprend plus facilement
quelque chose de son camarade que d'une jiersonne agé(\
Cette découverte n'est pas nouvelle, comme quelque^i—uns
nous le foiit accroire. Quintilibx l'a dit en termes
exprès et a bien conseillé d'en faire usage. Kclairez
\ os maîtres d'école autant que j)ossible ; faites-en des
juges de votre méthode et non des esclaves. Cherchons
dans toute la simplicité de notre coeur le vrai et le
bon partout où il se trouve et délivrons-nous des liens
])ar lesquels Fun ou l'autre parti voudrait jious en-
chaîner à ses intérêts.
10 Septembre. J'ajouterai encore une remarque sur
ces écoles en général; c'est que les enfans n'ont ])oint de
récréation. On croit que le changement de place (du
banc à la mu rai lie et de la m u raille au ba ne) soi t
assez d'amusement pour eux. Les enfans sont continuel-
lement sous les armes depuis S heures du matin jusqu'à
\ heures de Taprès-diné; ce que je n'approuve pas du
tout. Chaque enfant, et surtout dans un si bas âge
(de 5 à ans), doit nécessairement sortir des classes
toutes les heurc'^, aussi cela se fait-il comnie de soi-
même dans les meilleures écoles de TAlleniagne, par le
chancreiuent de classes. ^
Anvers, Septembre. Je reçus les renseigneniens
nécessaires i)our que je trouvasse l'endroit de ma nais-
sance. Je trouvai un pauvre tonnelier dans cette maison
fonde koornmarkt); je le ])iiai de me montrer la chambre
que je lui indiquais, ce que le bon homme tit avec
route la franchise et l'amitié de ce pays. En ouvrant
la })orte, que vis-jc ! un petit, un misérable cachot !
Mais que je paie ici le tribut de reconnaissance que