Boekgegevens
Titel: Herinnering aan Petrus de Raadt
Auteur: Kramers, J.H.
Uitgave: Rotterdam: Kramers, 1863
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 674 D 42
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205848
Onderwerp: Pedagogiek: opvoeding binnen opvoedingsinstellingen
Trefwoord: 1800-1900, Pedagogen, Bibliografieën (vorm), Raadt, Petrus de
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Herinnering aan Petrus de Raadt
Vorige scan Volgende scanScanned page
Madonue de Rafael. Quant à ees productions de l'art,
on ne jx^ut nier qu'elles ne fassent le plus grand honneur
à IVsprit humain. Mais tout ce qui par sa grandeur et
son etendue surpasse les forces humaines le rend ])etit et
ridicule quand il veut Timiter. La plus grande et la
plus belle cascade artificielle (St. Cloud) qu'il y ait au
monde, qu'est-elle eu comparaison de celle de Schatï'house
et de mille autres qu'une main invisible et toufjniissante
a semées sur la terre !
17 Août. J'ai assisté à la distribution des grands
])ri\ d'honneur auxquels concourent les disciples de tons
les colleges de cette cajntale. Il est ridicule d'entendre
les jeunes gens applaudir à ces discours; chaque fois que
rorateur s'arrêtait ])Our prendre hîtleine, il était inter-
rompu jjar les battements de mains et les cris de bravo.
18 Août. Je me rendis chez M. le Chevalier jvlijkn.
Nous fumes introduits dans la société de l'éducation,
(■elte société est surtout ires active pour la propagation
de l'enseignement mutuel; et certes quoique je ne voie
pas dans cette nouvelle méthode tout le salut qu't)n
prétend y trouver, ce n'est qu'avec le plus vif intérêt
et la plus grande recoiniaissance (jue j'ai vu les travaux
de cet établissement philanthropique et le zelo avec lequel
ses membres tâchent de divulguer les lumières de la civili-
sation. Avant de finir la séance la société nous fit Thon-
neur a M. le Comte de wyuzga et moi, sur la propositon
de M. jri.i.ien, de nous nommer membres correspondants.
il Août. M. .iiLMEN se donna la peine de venir
me voir; il me conduisit chez M. le Comte de wydzga.
-Nous allâmes voir une école d'enseignement rautueL
Plus je vois de ces écoles, plus je vois que les enfants
y i»erdent un temps imnu^nse. Cette méthode est boniie