Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
82
des sons qui me charmèrent. Je voulus aussitôt acquérir ce
sifflet qui me faisait envie, et j'offris au petit garçon tout ce
que j'avais de billon. Le marché fut bientôt fait, et je revins
à la maison, sifflant partout et fort content de mon achat, mais
fatiguant les oreilles de tout le monde. Mes frères, mes sœurs,
mes camarades même, me dirent que je n'avais pas rencontré
là quelque chose de bien recherché, que mes plaisirs étaient
trop bruyants, et que surtout je les avais payés beaucoup trop
cher. Ils me firent ensuite l'énumération de toutes les bonnes
choses que j'aurais pu acheter avec mes sous mieux employés;
enfin ils se moquèrent si fort de moi, que je pleurai de dépit.
J'appris alors ce que c'était que la honte et l'humiliation.
Mais la leçon fut bonne, et si j'eus du chagrin, on ne peut
imaginer le profit que j'en retirai dans la suite. Je vais vous
l'apprendre, et vous me remercierez.
Lorsque je me sentais tenté d'acheter quelque chose qui ne
m'était pas nécessaire, quels que fussent d'ailleurs ma vanité
et mes désirs, je me disais: Ne donnons pas trop pour le sif~
Jlet, et je ménageais mon argent.
Plus tard, à mesure que j'avançais en âge et en expérience,
j'eus l'occasion de remarquer nombre d'hommes qui donnaient
trop pour le sifflet.
Quand je voyais, par exemple, des gens qui, passionnés
pour les faveurs, consumaient leur temps en assiduités à la
cour, et se réduisaient souvent au rôle d'automates blasonnés,
perdant repos, liberté, santé, amis, parce qu'ils ambitionnaient
quelque mince distinction, je me disais en moi-même: Qu'ils
paient cher leur sifflet!
Si je connaissais un avare qui se privât de tout, qui renon-
çât au plaisir de faire du bien, à l'estime des siens, aux délices
sacrées de l'amitié, pour avoir un morceau de métal jaune
„Pauvre homme," disais-je, vous donnez trop pour votre sifflet!
l) Ce changement de nom est une métonymie, ou figure de mots de la
classe des Tropes, qui transporte le nom d'une chose à une autre chose
voisine, mais distincte. La métonymie emploie la cause pour l'effet, Peffet
pour la cause; le sujet pour l'attribut; le contenant pour le contenu; la
partie pour le tout; le signe pour la chose signifiée, etc.