Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
u
culièrement celui intitulé VAhbé de VÉpée), qui furent en général bien
accueillis. Les Contes et les Conseils h ma Jîlle, hs Enrouraf/ements de
la jeunesse, ainsi que plusieurs autres ouvrages du même genre, eurent
un succès de vogue; ils forment un cours de morale en action que les
Jeunes personnes surtout lisent avec plaisir. Un goût sévère peut repro-
cher à l'auteur une diction plus maniérée que correcte, et des ornements
mal choisis dans des ouvrages destinés à l'adolescence, genre dont 33er-
quin et M™« de Genlis ont offert de si heureux modèles. A ce reproche
près, on est forcé de convenir qu'il possède l'art d'intéresser à propos le
lecteur. M. Bouilly est mort à Tours en 1840.
Nous rappellerons ici une épigramme, pour une institutrice qui avait
imité maladroitement l'agréable conteur;
Ton ouvrage, simple et touchant,
Tour à tour m'instruit, m'intéresse;
Et mon cœur dit en le lisant:
«C'est du Bouilly pour la jeunesse."
Les Roses de M. de Malesherbes i).
De tous les hiens que le Ciel nous dispense, celui qui con-
tribue le plus au charme de la vie, celui qui tout à la fois est
le plus pur, le plus durable, c'est le bonheur d'être aimé.
Comme ce bonheur ne peut avoir pour base qu'un mérite vé-
ritable, renonçons, ma fille, pour un instant aux attraits de la
fiction, et commençons cette seconde partie de nos entri^tiens
par le récit fidèle d'une anecdote intéressante qui, en nous rap-
pelant un des plus illustres magistrats du dernier siècle, prou-
vera ce que donnent de jouissances l'amour et le respect qu'on
inspire.
M. Lamoignon de Malesherbes qu'il suffit de nommer pour
désigner le ministre intègre, le savant modeste, le grand natu-
I) lamoignon de malesherbes (1721—1794), magistrat vertueui,et
ministre de la maison du roi en 1775, donna sa démission l'année sui-
vante pour se livrer à la retraite et à la philosophie. Louis XVI le choisit
pour un de ses défenseurs; il se chargea avec zèle et courage de cette
fonction dangereuse. Victime du gouvernement révolutionnaire, il périt
sur réchafaud.