Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
69
qni l'accablait de mauvais traitements. Il s'évada de cette maison, et vint
à Annecy. C'est là qu'à l'âge de seize ans et sous l'influence de l'excel-
lente madame de Warens, qui s'intéressait vivement à lui, il prit la ré-
solution d'abjurer la religion protestante, ce qu'il eut la faiblesse de faire
à Turin. Les plus tristes vicissitudes suivirent ce changement de culte.
Tourmenté d'une noire mélancolie qui ressemblait à une monomanie, Rous-
seau mourut le 3 juillet 1778 dans la charmante maison d'Ermenonville
(Oise), que M. de Girardin lui avait offerte pour retraite. L'homme de
la nature y fut inhumé dans l'île des Peupliers.
J.-J. Rousseau est le plus éloquent des écrivains de son temps; mais
ses paradoxes sont continuels. Son style chaleureux n'est point exempt de
défauts: on y trouve de l'enflure, des expressions de mauvais goût, par-
fois de Tambition et l'abus des formes oratoires. Il excelle dans la nar-
ration; ses tableaux sont vifs et naturels: un souvenir du jeune âge nous
en fournira la preuve.
Plantation d'un noyer.
II y avait, hors de la porte de la cour, une terrasse, à
gauche, en entrant, sur laquelle on allait souvent s'asseoir
raprès-midi, mais qui n'avait point d'ombre: pour lui en don-
ner, M. Lambercier y fit planter un noyer. La plantation de
cet arbre se fit avec solennité. Le pensionnaire en fut le par-
rain, et tandis que l'on comblait le creux, je tenais l'arbre,
avec des chants de triomphe.
On fit, pour l'arroser, une espèce de bassin, tout autour i)
du pied. Chaque jour, ardent spectateur de cet arrosement,
je me confirmais dans l'idée très-naturelle qu'il était plus beau
de planter un arbre sur la terrasse qu'un drapeau sur la brèche,
et je résolus de me procurer cette gloire sans la partager avec
qui que ce fût.
Pour cela, j'allai couper une bouture d'un jeune saule, et je
la plantai sur la terrasse, à huit ou dix pieds de l'auguste
noyer. Je n'oubliai pas de faire aussi un creux autour de mon
I) Autrefois on confondait la préposition autour avec alentour, qui est
un adverbe. Autour a toujours un régime; alentour n'en a point: Autour
de la ville. — Il rôde à l'entour.