Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
54
sans partage Or, combien de chrétiens qui n'ont aucun respect
pour la présence de leur dieu, qui prostituent leur cœur à
la créature, à des plaisirs criminels, à des richesses périssa-
bles, ou à un vain fantôme d'honneur! Vous croyez qu'il y
a un paradis et un enfer; un paradis qui doit être la récom-
pense des justes, un enfer pour punir les pécheurs impéni-
tents; cependant que faites-vous pour mériter le Ciel, que
faites-vous pour éviter l'enfer? ou plutôt que ne faites-vous pas
pour vous rendre dignes des flammes éternelles? A examiner
la vie de presque tous les chrétiens, on dirait qu'il n'y a ni
paradis ni enfer, ni died, ni éternité, ni récompenses, ni pu-
nitions; et quand l'enfer serait une fable, quand le paradis
serait une illusion, verrait-on de plus grands dérèglements que
ceux que nous voyons? commettrait-on de plus grands crimes
que ceux qu'on commet tous les jours? Vous croyez, ou vous
devez croire, que bienheureux sont les pauvres, parce que le
royaume des Cieux leur appartient; que pour être sauvé, il faut ;
détacher son cœur des biens et des richesses de la terre ; ce-
pendant tout le monde soupire après l'or et l'argent. Que ne
ferait-on pas pour s'enrichir, souvent par des voies illicites, et',
même iniques? Oh! qu'il y a peu de chrétiens qui vivent dans )
le détachement! qu'il y en aura peu de sauvés! Vous croyez|
que pour être sauvé il faut pardonner à ses ennemis, leur par-
donner de cœur, oublier les plus grandes injures qu'on en a
reçues, sans quoi point de paradis à espérer: la loi y est for-
melle. Cependant combien de chrétiens qui, à la moindre in-
jure, au moindre affront, gardent des rancunes et des animo-;
sités! Les prédicateurs ont beau tonner du haut de la chaire'
et leur prêcher le pardon des ennemis, leur représenter qu'ils
ne seront jamais pardonnés, s'ils ne pardonnent de cœur; que
jésus-christ a pardonné à ses ennemis une mort cruelle et
injuste; que diëu, dans son intinie bonté, leur a si souventj
pardonné à eux-mêmes des péchés qui méritaient l'enfer: tout'
cela n'est pas capable de ramollir ces cœurs de pierre, de
toucher ces hommes sans charité.
Je finis, mes Frères, par cette triste mais touchante ré-