Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
53
i TI vint à Paris en 1744, et celui qui se disait appelé à évangéliser les
il pauvres, trouva dans sa bouche éloquente des paroles qui firent trembler
? les riches et les puissants de cette grande ville >). Une maladie cruelle
? cependant minait sa santé; il expira le 22 décembre 1767, âgé de 66 ans.
if Le Père Brydayne vit, et vit sans orgueil, toute la France applaudir à
I. son zèle et à son beau talent.
f Sur le petit nombre des Elus.
(Péroraison d'un Sermon).
Prenons en main l'Évangile, et voyons d'abord ce que dieu
demande de nous pour être du nombre des élus ^ ). Pour être
sauvé, il faut croire, parce que, sans la foi, il est impossible
de plaire à dieu; parce que celui qui ne croit pas est déjà
jugé'). Mais il faut que cette foi soit universelle, croire tous
les articles révélés; parce que, n'en pas croire un seul, c'est
se rendre infidèle. Cette foi doit être ferme; il faut être en
état de la sceller par l'efî'usion de notre sang. Elle doit être
vive, pratique, c'est-à-dire, animée de bonnes œuvres; sans quoi,
notre foi serait morte, ce serait un corps sans âme Sans
cette foi, mes Frères, il n'y a point de salut à espérer. Or,
que voyons-nous? bien peu de foi sur la terre. Nous voyons des
chrétiens, qui n'en portent que le nom, vivre sans foi et sans
religion. Combien, malheureusement, qui ne croient pas cer-
taines vérités révélées! Combien, hélas! qui s'arrêtent à des
doutes formels touchant certains articles de la religion! Com-
bien qui, par lâcheté ou par respect humain, agissent contre
leur religion! Combien surtout qui n'ont qu'une foi spéculative,
et qui démentent leur foi par leurs œuvres! Vous croyez, par
exemple, qu'il y a un dieu qui demande et qui mérite tous
■iles hommages de votre cœur, qui veut être aimé Lui seul et
1) Ou a cité souvent son bel exorde du sermon de Saint-Sulpice; on
pourrait rapporter mille autres traits pareils de ce célèbre missionnaire.
2) „11 y en a beaucoup d'appelés, et peu d'élus." St. Mattk. ch. XX, v, 16.
^ St. Jean; chap. III, v. 18.
4) St. Jacques; chap. II, v. 26.