Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
32
(Seine-et-Oise|, où il fut élevé au sein d'une sérénité domestique, qu'il se
plaît à décrire dans ses Confidences, apprenant ù lire dans la Bible de
Rojaumont, aux innombrables gravures. Il acheva son éducation à Belley
{Ainj, chez les Pères de la foi; puis, après quelque séjour à Paris et à
Lyon, il fit un premier voyage en Italie. En 1813, le jeune homme y
retourna entretenir ses rêves de poésie. Le poète revint eu France, en
1814, pour servir le roi légitime, et entra dans les gardes du corps,
qu'il ne quitta qu'à la tin des Cent-Jours.
Une appréciation générale des écrits de M. de Lamartine est inutile;
son génie littéraire est partout. On peut dire de toute sa vie ce qu'on
disait déjà de tous ses livres, il y a vingt ans: «Ce qui ressort, ce qui
est toujours en relief, c'est le poète. «Chez lui, en effet, c'est dans le
poète que l'historien, l'orateur, le publiciste, le révolutionnaire viennent
se confondre. De là sa faiblesse et sa force.
L'Oraison dominicale.
0 Père! source et fin de toute créature,
Dont le temple est partout où s'étend la nature,
Dont la présence creuse et combîe l'infini;
Que ton nom soit partout, dans toute âme, béni;
Que ton règne éternel, qui tous les jours se lève.
Avec l'œuvre sans fin recommence et s'achève;
Que par l'amour divin, chaîne de ta bonté,
Toute volonté veuille avec ta volonté!
Donne à l'homme d'un jour que ton sein fait éclore,
Ce qu'il lui faut de pain pour vivre son aurore!
Remets-nous le tribut que nous aurons remis
Nous-même, en pardonnant à tous nos ennemis;
De peur que sur l'esprit l'argile ne l'emporte.
Ne nous éprouve pas d'une épreuve trop forte;
Mais toi-même, prêtant ta force à nos combats,
Fais triompher du mal tes enfants d'ici-bas.