Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
309.
L'Orateur de la tribune et du barreau.
Écoutons le célèbre d'Aguesseau dans son III® discours,
prononcé en 1699, une année avant d'être nommé procureur-
général.
„Quels trésors de sciences, quelle variété d'érudition, quelle
sagacité de discernement, quelle délicatesse de goût ne fau-
drait-il pas pour exceller dans le barreau? Quiconque osera
mettre des bornes à la science de l'avocat, n'a jamais conçu
une parfaite idée de la vaste étendue de cette profession.
Que d'autres étudient l'homme par parties; Y orateur n'est
point parfait, si, par l'étude continuelle de la plus pure morale,
il ne connaît, il ne pénètre, il ne possède l'homme tout entier.
Que la jurisprudence romaine soit pour lui une seconde phi-
losophie; qu'il dévoile les coutumes, qu'il en découvre l'esprit,
qu'il en concilie les principes, et que chaque citoyen de ce grand
nombre de petits états puisse croire, en le consultant, qu'il est
né dans sa patrie, et qu'il n'a étudié que les usages de son pays.
Que l'histoire lui donne une expérience, et, si l'on peut
♦ s'exprimer ainsi, une vieillesse anticipée; et qu'après avoir élevé
ce solide édifice de tant de matériaux divers, il y ajoute tous
les ornements du langage et toute la magnificence de l'art qui
est propre à sa profession; que les anciens orct/^Mr« lui donnent
leur insinuation, leur abondance, leur sublimité; que les histo-
riens lui communiquent leur simplicité, leur ordre, leur variété;
que les poètes lui inspirent la noblesse de l'invention, la viva-
cité des images, la hardiesse de l'expression, et surtout ce
nombre caché, cette secrète harmonie des discours, qui, sans
avoir la servitude et l'uniformité de la poésie, en conservent
M Henri-François à'Aguessmu, né à Limoges (Haute-Vienne) en 1668
d'une ancienne famille, fut fait chancelier de France, par le régent, après
la mort de Louis XIV. Il exerça ses fonctions jusqu^en 1750, au grand
avantage de la natiou. Alors, devenu infirme, il donna sa démission, et
mourut le 9 février 1751.