Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
302.
Si c'est une émeute, tant mieux! il saura ce que devient la
bagarre; si c'est un enterrement, tant mieux! il montera dans
les carrosses noirs. S'agit-il d'un mariage, tant mieux encore!
il ira voir de très-près la mariée et lui enverra toutes ses béné-
dictions. La Chambre des Députés ne lui déplaît pas, mais il
n'y va que les jours oii la Chambre des Députés est pleine
d'éloquence et de colère; il aime l'opposition parce qu'elle fait
durer les choses longtemps et qu'elle traîne tout en longueur,
A la Chambre des Pairs, le flâneur préfère la Cour des Pairs.
On y voit alors des accusés, on y entend des avocats; c'est la
Cour d'Assises élevée à son plus haut degré de puissance. Une
fois il est allé à Versailles pour voir le Musée, mais il a bien
juré qu'il n'ira plus par le chemin de fer: une voiture qui vous
prend et qui vous emporte sans crier gare! Vous ctes aussitôt
arrivé que parti, fi donc! A quoi bon sert de partir, sinon
pour se sentir aller? — „Parlez-moi des coucous de mon
temps," disait le flâneur; „vous partiez toujours, vous n'arri-
viez jamais."
Il est bien entendu que le flâneur commande chaque jour son
dîner dans sa maison, et qu'on ne lui fait pas son dîner. Il
dîne où il se trouve, partout, quand il a faim, quand il a dé-
couvert quelque beau poisson, quelque primeur, quelque bel et
bon endroit où il pourra s'abandonner librement à sa douce
fantaisie. Ceux qui n'ont pas vu une de ces admirables salles
à manger dont Paris est fier à bon droit, ne sauraient se faire
une idée de l'éclat et du luxe avec lequel peut se manger un
bifteck! Ce ne sont partout que cristaux, bronzes précieux,
colonnes, glaces, dorures; le feu étincelle de toute part; des
serviteurs empressés sont là tout prêts à obéir à vos ordres; la
cuisine est brûlante; on sert chaud et l'on sert vite; la cave
est remplie: le vin est dans la glace; au comptoir se tient une
femme parée, qui souvent court à sa perte en affichant un luxe
au-dessus de ses moyens. C'est là que vient le flâneur, poussé
plus encore par son instinct que par sa gourmandise. Il est
1) Le coucou était une ancienne voiture, à deux roues, des environs de
Paris.