Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
288.
Scribe, le cachemire-Ternaux; non loin du cachemire-Ternaux,
la marchande à la toilette étale ses guenilles restaurées; puis
plus bas, madame la Ressource, un carton sous le bras, s'en
va louant à tant par jour la dentelle trouée et le manteau doré
du théâtre. Le petit métier est un Protée qui ne rougit de rien,
qui se plie et se replie dans tous les sens, qui ne craint aucune
espèce de honte, aucun genre d'usure, qui se glisse, s'intrigue,
se pousse, se presse, qui veille les nuits et les jours, qui fait
le mort, qui prendra toutes les allures.
Allons dans la ville. Descendu de votre chambre, vous passez
nécessairement devant la loge du portier. Cette loge est une
espèce de niche au rez-de-chaussée, dans laquelle très-souvent,
on n'oserait pas loger son chien, pour peu qu'on eilt un beau
chien. Pigurez-vous un espace de sept à huit pieds ati plus;
là se tient souvent toute la famille: le père qui fait des souliers,
la mère qui lit des romans, la fille qui déclame des vers, espoir
du Théâtre-Français, le fils aîné qui joue du violon, composi-
teur futur de l'Ambigu, le dernier né qui broie des couleurs
chez Eugène Delacroix, ou qui prépare les cuivres des ateliers
de Johannot. Tout ce monde d'artistes en herbe vit et pense,
et travaille, et compose, et se passionne, en gardant la maison
que vous habitez, en tirant le cordon de la porte au premier
bruit du marteau. Savez-vous où ils nichent? savez-vous com-
ment tous ces enfants ont grandi? comment ils ont trouvé le
victum et vestiium dans cette difficile condition? qui le sait?
qui pourrait le dire? Le père de toute cette famille touche
trois cents francs par an pour sa place, et c'est là tout. Cepen-
dant la famille est élevée; le père a deux habits, la mère a
une robe de mérinos, la jeune fille une chaîne d'or, et le fils
aîné une paire de bottes. Miracle de l'industrie, de la patience,
du travail, et d'une volonté ferme! Il y a des miracles de cette
force-là dans toutes les maisons de Paris.
Je ne vous retiens pas plus longtemps à votre porte; vous
sortez. Prenez garde à cet homme qui est accroupi dans le
ruisseau. Cet homme est un regratteur; il gratte et regratte
entre les pierres. 11 n'en veut pas aux chiffons, il n'en veut
pas aux imrnoudices, il n'en veut pas aux vieux papiers que le