Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
298.
Parmi les biens que Catherine de Vivonne avait apportés à
sou mari était Thôtel Pisani. La jeune marquise, qui avait pris
en Italie le goût des belles choses, ne trouvant pas cet hôtel
assez beau, le fit mettre à bas, et, nul architecte ne lui pro-
posant de plan à son gré, elle s'érigea elle-même en architecte,
et fit construire un hôtel nouveau sur des dessins tracés de sa
propre main. La principale nouveauté de ce bâtiment consistait
dans la place de l'escalier; d'ordinaire on le mettait au milieu,
avec des salles d'uu côté et de l'autre, ce qui donnait divers
appartements, chacun de médiocre étendue; M™® de Rambouillet
mit l'escalier de côté, à l'un des coins, en sorte qu'on avait
des appartements considérables et une enfilade de chambres tou-
tes de plain-pied, arrangement favorable à de grandes récep-
tions. Au rez-de-chaussée, du côté du jardin, des fenêtres
régnant de haut en bas, depuis le plafond jusqu'au plancher,
laissaient entrer abondamment l'air et la lumière, et, lorsqu'elles
s'ouvraient, agrandissaient, pour ainsi dire, les appartements
en les unissant aux vastes jardins qui s'étendaient jusqu'au Car-
rousel et aux Tuileries Ce nouvel hôtel de Eambouillet,
avec le riche ameublement que Catherine de Vivonne se plut à
y rassembler, excita l'admiration générale et donna naissance à
bien des imitations. On met la date de sa construction au
temps du maréchal d'Ancre, c'est-à-dire de 1610 à 1617.
A peu près vers cette époque, dès l'âge de vingt ans, dit-on,
M®® de Eambouillet commença à trouver tant de fatigue et
d'ennui aux bruyantes assemblées du Louvre, quelle prit la
résolution de n'y plus aller et de rester chez elle. Cette réso-
lution dut être bien secondée par l'agrément et la beauté de
l'habitation qu'elle se donnait; et, sans prétendre ici à des pré-
cisions qui nous échappent, il nous semble que c'est vers 1617
ou 1618, et très-certainement avant 1620, qu'on doit placer
les commencements de la célèbre société de Eambouillet. Née
1) On dit aujourd'hui, les Tuî'/enes sont ôeawjr, Versailles est beau, Rome
et Venise sont beaux, Marseille est beau; c'est une syllepse et l'idée de lieu
domine. Autrefois l'idée de place ou de ville dominait surtout pour les
villes à terminaison féminine. Dans nos temps modernes la terminaison
est indifiérente. — Il va sans dire que la poésie ne perd jamais ses droits.