Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
279.
amitié avec M. Thiers i), il alla se fixer à Paris. Il se fit connaître par
un cours d'histoire professé à l'Athénée, par des articles de journaux, et
par une Histoire de la Révolution française écrite à vingt-huit ans. Ce
livre se distingue par une fermeié de jugement, un esprit de généralisa-
tion, une vue de l'ensemble, des formes nettes et arrêtées, qui ne sont pas
toujours le partage de l'âge mûr. Malgré ses qualités, ce beau livre est
plutôt une formule qu'une histoire. M, Mignet appartient à l'école philo-
sophique 2). Les physionomies qu'il nous présente ont toutes quelque chose
de raide et d'immobile. Il n'en pouvait être autrement : ce ne sont pas
des hommes, mais des idées. Depuis, M. Mignet a publié des Notices
historiques et des Mémoires sur des questions d'histoire, une Histoire
d'Antonio Perez une Histoire des négociations relatives a la succession
d'Espagne, une Histoire de Marie etc. Tons ces ouvrages sont
remarquables par l'exactitude et la profondeur du savoir, par une rare
pénétration, par un style ferme et pur, quoique parfois compassé et ma-
niéré, par une élégance virile. M. Mignet est un écrivain consommé,
mais il manque d'originalité.
Danton.
Danton était un révolutionnaire gigantesque. Aucun moyen
ne lui paraissait condamnable, pourvu qu'il lui fût utile, et,
selon lui, on pouvait tout ce qu'on osait. Danton, qu'on a
nommé le Mirabeau de la populace, avait de la ressemblance
avec ce tribun des hautes classes: des traits heurtés, une voix
forte, un geste impétueux, une éloquence hardie, un front do-
minateur. Leurs vices aussi étaieut les mêmes; mais ceux de
Mirabeau étaient, d'un patricien, ceux de Danton d'un démo-
crate ; et, ce qu'il y avait de hardi dans les conceptions de
Mirabeau, se retrouvait dans Danton, mais d'une autre manière;
parce qu'il était, dans la révolution, d'une autre classe et d'une
autre époque. Ardent, accablé de dettes et de besoins, de
mœurs relâchées, s'abandonnant tour-à-tour à ses passions ou
1) Voyez la Notice sur M. Thiers, page 273.
2) Voyez la Notice sur M. Guizot, page 270.
3) Antonio Perez ou Pérès joua un rôle important en France, et donna
des leçons d'Espagnol au bon Henri IV; cet écrivain était un ancien se-
crétaire de Philippe II, rival, complice et victime de ce prince.