Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
277.
ber, l'Ègypte était perdue pour la Prance! Menou, qui lui
succéda par ancienneté d'âge, était partisan ardent de l'expé-
dition; mais, malgré son zèle, il était tout à fait au-dessous
d'une telle tâche. Un seul homme pouvait égaler Kléber, le
surpasser même dans le gouvernement de l'Égypte, c'était celui
qui trois mois auparavant s'était embarqué dans le port d'Alexan-
drie pour se rendre en Italie, et qui tombait à Marengo, le
même jour, presque au même instant où Kléber succombait
au Kaire: c'était Desaix! Tous deux étaient morts le 14 juin
1800, pour l'accomplissemeut des vastes desseins du général
Bonaparte. Singulière destinée de ces deux hommes, toujours
placés à côté l'un de l'autre pendant leur vie, rapprochés en-
core au jour de leur mort, et pourtant si différents par tous
les traits de l'âme et du corps!
Kléber était le plus bel homme de l'armée. Sa grande taille,
. sa noble figure où respirait toute la fierté de son âme, sa
bravoure à la fois audacieuse tt calme, son intelligence prompte
et sûre, en faisaient sur les champs de bataille le plus impo-
sant des capitaines. Son esprit était brillant, original, mais
inculte. Il lisait sans cesse et exclusivement, Plutarque et Quinte-
Curce '); il y cherchait Taliment des grandes âmes, l'histoire
des héros de l'antiquité. Il était capricieux, indocile et fron-
deur. On avait dit de lui qu'il ne voulait ni commander ni
obéir, et c'était vrai. Il obéit sous le général Bonaparte, mais
en murmurant; il commanda quelquefois, mais sous le nom
d'autrui, sous le général Jourdan, par exemple, prenant par
une sorte d'inspiration le commandement au milieu du feu,
l'exerçant en homme de guerre supérieur, et, après la victoire,
rentrant dans son rôle de lieutenant qu'il préférait à tout autre.
Kléber était licencieux dans ses mœurs et son langage; mais
intègre, désintéressé, comme on l'était alors; car la conquête
du monde n'avait pas encore corrompu les caractères.
1) QaÎDte-Curce {Ku-ain^te), historien latin, à la fois élégant et im-
partial, a écrit VHistoire d*Alexandre-le-Grand en dix livres, dont les
deux premiers sont perdus. Quelques-uns le placent sous Vespasien, d'au-
tres sous Trajan.