Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
274.
rial de Marseille, il y fit toutes ses études, études brillantes surtout dans
les dernières années; il en sortit en 1815 pour venir, à dix-huit ans,
suivre les cours de la Faculté de droit d'Aix. Là se trouvait en même
temps un autre enfant du peuple avec qui M. Thiers ne tarda pas à se
lier d'une étroite amitié, c'était M. Miguet. Tout en feuilletant le Code
civil, les deux jeunes gens se livraient avec passion à l'étude de la litté-
rature, de la philosophie, de l'histoire, voir même de la politique. Reçu
avocat, M. Thiers après quelques débuts insignifiants au barreau d'Aix,
comprit que dans cette ville toute patricienne, à une époque où le nom et
la naissance entraient encore pour beaucoup dans l'évaluation d'un individu,
il lui serait difficile de sortir de l'obscurité où l'avait fait naître le sort.
Dans cette idée, il se décida à venir en compaguie de M. Mignet cher-
cher fortune à Paris. Admis à la rédaction d'un journal, il se fit bien-
tôt remarquer par la verve et l'audace de sa polémique, "et par une
grande facilité de style et d'intelligence. La publication d'une Histoire de
la révolution française lui assura une position littéraire éminente. Cet
ouvrage est remarquable par l'ordonnance parfaite de toutes ses parties,
la clarté de la narration et la vérité des détails. Le style est simple, ra-
pide, animé, comme celui de l'improvisation; niais il pèche souvent sous
le rapport de la précision, de la pureté, de l'élégance. Malgré les quali-
tés de l'Histoire de la révolution, il ne faut pas se livrer sans réserve à
l'impression qu'elle produit. L'auteur, dans la question morale, s'est laissé
dominer par une idée fausse, à savoir qu'un parti qui triomphe a toujours
raison, au moins pour le moment, et que sou succès, quelque éphémère
qu'il fût, était un besoin absolu à l'époque. A l'aide de cet axiome, il
justifie tous les crimes, et n'a plus qu'une froide pitié pour les victimes.
M. Thiers a publié une Histoire du Consulat et de l'Empire, bien supérieure
à celle de la Révolution, dont elle est la suite. Malgré nombre d'erreurs
de détail et des appréciations contestables, défauts inévitables dans un
grand ouvrage sur l'histoire contemporaine, cet ouvrage est un des beaux
monuments historiques de notre époque. M. Thiers fait tout comprendre.
Il est vrai qu'il prodigue souvent les détails jusqu'à l'exagération; mais la
clarté admirable de ces hors«d'œuvre et le plaisir qu'on éprouve à s'instruire
si facilement, font oublier ce défaut, de même que l'aisance et le naturel
de son style en font pardonner les négligences.
Kléber et Desaix.
Ce n'est jamais sans danger qu'on ébranle profondément les
grands sentiments de la nature humaine. L'Islamisme tout entier
s'était ému de la présence des Français en Egypte. Les fils de