Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
263.
âgés pour nous, mais si jeunes en présence des siècles! Je ne
sais quel^ air de confiance dans tous ces êtres faibles touchait
profondément, parce que cette confiance ne leur était inspirée
que par la loyauté de leur âme. Les yeux se remplissaient
de larmes au milieu de la fête, comme dans ces jours heureux
et mélancoliques où l'on célèbre la convalescence de ce qu'on aime.
Enfin les jeux commencèrent; et les hommes de la vallée
et les hommes de la montagne montrèrent, en soulevant d'énor-
mes poids, en luttant les uns contre les autres, une agilité et
une force de corps très-remarquables. Cette force rendait autre-
fois les nations plus militaires; aujourd'hui que la tactique et
l'artillerie disposent du sort des armées, on ne voit dans ces
exercices que des jeux agricoles. La terre est mieux cultivée
par des hommes aussi robustes; mais la guerre ne se fait qu'à
l'aide de la discipline et du nombre, et les mouvements même
de l'âme ont moins d'empire sur la destinée humaine, depuis
que les individus ont disparu dans les masses, et que le genre
humain semble dirigé comme la nature inanimée par des lois
mécaniques.
Après que les jeux furent terminés, et que Pexcellent bailli
du lieu eut distribué les prix aux vainqueurs, on dîna sous
des tentes, et l'on chanta des vers en l'honneur de la tran-
quille félicité des Suisses. Ou faisait passer à la ronde, pen-
dant le repas, des coupes en bois sur lesquelles étaient sculptés
Guillaume Tell et les trois fondateurs de la liberté helvétique i).
On buvait avec transport au repos, à l'ordre, à l'indépendance,
et le patriotisme du bonheur s'exprimait avec une cordialité qui
pénétrait toutes les âmes.
„Les prairies sont aussi fleuries que jadis, les montagnes
aussi verdoyantes; quand toute la nature sourit, le cœur seul
de l'homme pourrait-il n'être qu'un désert?"
Non, sans doute, il ne l'était pas; il s'épanouissait avec confi-
ance au milieu de cette belle contrée, en présence de ces
hommes respectables, animés tous par les sentiments les plus

1) Walter Fürst d*Attinghausen, Werner Stauffac, Arnold Melctal —
Guillaume Tell n'avait pas assisté à l'assemblée.