Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
246.
Sur ces toits élevés, d'un ciel tranquille et pur,
L'ardoise fait au loin étinceler l'azur;
Et la vitre embrasée, à la vue éblouie
Offre à travers ces bois l'aspect d'un incendie.
J'entends dans ces bosquets le chantre du printemps;
L'éclat touchant du soir semble animer ses chants,
Ses accents sont plus doux et sa voix est plus tendre;
Et, tandis que les bois se plaisent à l'entendre.
Au buisson épineux, au tronc des vieux ormeaux,
La muette Arachné suspend ses longs réseaux;
L'insecte que les vents ont jeté sur la rive.
Poursuit, en bourdonnant, sa course fugitive;
11 va de feuille en feuille, et, pressé de jouir,
Aux derniers feux du jour, vient briller et mourir.
La caille, comme moi, sur ces bords étrangère,
Eait retentir les champs de sa voix printanière.
Sorti de son terrier, le lapin imprudent
Vient tomber sous les coups du chasseur qui l'attend;
Et par l'ombre du soir la perdrix rassurée
Redemande aux échos sa compagne égarée.
Oh! qui pourra jamais voir sans être attendri.
Au milieu de l'espace où le jour dépéri,
L'éclat demi-voilé de l'horizon plus sombre,
Ce mélange confus du soleil et de l'ombre.
Ces combats indécis de la nuit et du jour,
Ces feux mourants épars sur les monts d'alentour.
Ce brillant occident où le soleil étale
Sa chevelure d'or et sa robe d'opale.
Le ciel qui par degrés se peint d'un gris obscur.
Et le jour qui s'éteint sous un voile ' d'azur !
Notice.
N
PIERRE-JEAN BÉRANGER, aÎDsi que Dous l'avons dit à la page 80, est
né à Paris, le 19 août 1780, d'une famille pauvre, 11 fit son éducation
presque tout seul par la lecture; mais il n'apprit ni le grec ni le latin,
et suppléa à cette connaissance par la lecture des meilleures traductions des