Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
242.
— Mais le ciel reste noir, et dieu ne répond pas;
Il se lève étonné, marche encore à grands pas.
Froissant les oliviers qui tremblent. Froide et lente,
Découle de sa tête une sueur sanglante.
Il recule, il descend, il crie avec effroi:
„Ne pouviez-vous veiller et prier avec moi?"
Mais un sommeil de plomb accable les apôtres;
Pierre à la voix du Maître est sourd comme les autres.
Le Fils de Thornme alors remonte lentement.
Comme un pasteur d'Égypte, il cherche au firmament
Si l'ange ne luit pas au fond de quelque étoile.
Mais un nuage en deuil s'étend comme le voile
D'une veuve, et ses plis entourent le désert.
jésus, se rappelant ce qu'il avait souffert
Depuis trente-trois ans, devint homme, et la crainte
Serra son cœur mortel d'une invincible étreinte.
Il eut froid. Vainement il appela trois fois :
„Mon Père!" — Le vent seul répondit à sa voix.
Il tomba sur le sable assis, et, dans sa peine,
Eut sur le monde et l'homme une pensée humaine.
— Et la terre trembla, sentant la pesanteur
Du sauveur qui tombait aux pieds du créateur.
L'Aumône.
Dans nos livres sacrés, dans nos saintes prières.
De la main du très-haut nous le voyons écrit:
„Que tous les pauvres sont nos frères;
Car ils sont, comme nous, enfants de jésus-christ."
La fortune ici-bas n'est pour nous qu'une épreuve;
Qui possède beaucoup, doit donner beaucoup d'or.
Et qui possède peu devra donner encor.
C'est le cœur qui fait tout: le denier de la veuve
Sera compté comme un trésor.