Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
207.
Que Tun s'en est demis, et l'autre l'a gardé;
Mais l'un, cruel, barbare, est mort aimé, tranquille.
Comme un bon citoyen dans le sein de la ville;
L'autre, tout débonnaire, au milieu du sénat
A vu trancher ses jours par un assassinat.
Ces exemples récents suffiraient pour m'instmire,
Si par l'exemple seul on se devait conduire :
L'un m'invite à le suivre, et l'autre me fait peur;
Mais l'exemple souvent n'est qu'un miroir trompeur;
Et l'ordre du destin, qui gêne nos pensées,
N'est pas toujours écrit dans les choses passées
Quelquefois l'un se brise où l'autre s'est sauvé;
Et par où l'un périt un autre est conservé.
Voilà, mes chers amis, ce qui me met en peine.
Vous, qui me tenez lieu d'Agrippé et de Mécène 3),
Pour résoudre ce point avec eux débattu
Prenez sur mon esprit le pouvoir qu'ils ont eu.
Ne considérez point cette grandeur suprême.
Odieuse aux Eomains, et pesante à moi-même.
Traitez-moi comme ami, non comme souverain;
Rome, Auguste, TEtat, tout est en votre main:
Vous mettrez et l'Europe, et l'Asie, et l'Afrique,
Sous les lois d'un monarque, ou d'une république;
Votre avis est ma règle, et par ce seul moyen
Je veux être empereur, ou simple citoyen."
*) Corneille veut dire: h destin que nous cherchons à connaître, n'est
pas toujours écrit dans les événements passés qui pourraient nous instruire. —
Le style du créateur du théâtre français est inégal; mais ses défauts sont
les fautes de son siècle bien plus que les siennes.
Agrippa était ami et gendre de l'empereur; il contribua au gain de
la bataille d'Actium contre Antoine, par laquelle Octave obtint l'empire.
3) Mécénas était à la cour d'Auguste ce que Colbert fut à celle de
Louis XIV; c'est-à-dire le protecteur des savants et des artistes.
4) Auguste eut, en effet, à ce qu'on dit, cet entretien avec ces deux
grands hommes.