Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
206.
L'occasion leur plaît, mais chacun veut pour soi
L'honneur du premier coup que j'ai choisi pour moi.
La raison règle enfin l'ardeur qui les emporte,
Maxime et la moitié s'assurent de la porte.
L'autre moitié me suit, et doit l'environner,
Prête au moindre signal que je voudrai donner."
L'Entrevue.
(Fragment de Cinna; acte II, se. 1).
Jugusie. „Que chacun se retire, et qu'aucun n'entre ici.
Yous, Cinna, demeurez, et vous, Maxime, aussi.
Cet empire absolu sur la terre et sur Tonde,
Ce pouvoir souverain que j'ai sur tout le monde,
Cette grandeur sans borne et cet illustre rang.
Qui m'a jadis coûté tant de peine et de sang,
Enfin, tout ce qu'adore en ma haute fortune
D'un courtisan flatteur la présence importune.
N'est que de ces beautés dont l'éclat éblouit.
Et qu'on cesse d'aimer sitôt qu'on en jouit.
L'ambition déplaît quand elle est assouvie;
D'une contraire ardeur son ardeur est suivie;
Et comme notre esprit, jusqu'au dernier soupir,
Toujours vers quelque objet pousse quelque désir.
Il se ramène en soi, n'ayant plus oîi se prendre.
Et monté sur le faîte, il aspire à descendre.
J'ai souhaité l'empire, et j'y suis parvenu;
Mais, en le souhaitant, je ne l'ai pas connu:
Dans sa possession j'ai trouvé pour tous charmes
D'efl'royables soucis, d'éternelles alarmes,
Mille ennemis secrets, la mort à tout propos.
Point de plaisir sans trouble, et jamais de repos.
Sylla m'a précédé dans ce pouvoir suprême :
Le grand César, mon père, en a joui de même;
D'un œil si différent tous deux l'ont regardé.