Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
196.
AUTRE SUJET.
Sommaire.
Mérope, veuve de Cresphonte, roi de Messèue, tout entière au regret de
son fils Égisthc, dout le sort lui est inconou, et à son affection maternelle,
ne peut se consoler. Ce qui ajoute à sa douleur, c'est que Polyphonte,
qui, après la mort de son époux, est devenu le maître de Messèue, veut
contraindre Mérope à lui donner sa main. Or, c'est ce tyran qui a tué
Cresphonte et deux de ses fils en secret, dans une sédition qu'il avait
perfidement fomentée. Le seul Égiathe a été arraché aux coups des assas-
sins par sa mère, qui Ta confié aux soins d'uu vieux serviteur, de ce
Narbas qui a dû Télever loin de sa patrie. Polyphonte a vainement cher-
ché, par des émissaires envoyés de tous côtés, à faire périr cet héritier
du trône, qui alarme son ambition; mais, du moins, il a empêché que
depuis longtemps aucune nouvelle d'Égisthe ne parvînt jusqu'à Mérope *).
Mérope.
(Extrait de cette tragédie).
Éguthe {enchaîné). J'en atteste le Ciel ; il sait mon innocence.
Aux bords de la Pamise, en un temple sacré,
Où Tun de vos aïeux, Hercule, est adoré,
J'osais prier pour vous ce dieu vengeur des crimes:
Je ne pouvais offrir ni présents ni victimes;
Né dans la pauvreté, j'offrais de simples vœux,
Un cœur pur et soumis, présent des malheureux.
11 semblait que le dieu, touché de mon hommage,
Au-dessus de moi-même élevât mon courage.
Deux inconnus armés m'ont abordé soudain,
L'un dans la fleur des ans, l'autre vers son déclin.
„Quel est donc," m'ont-ils dit, „le dessein qui te guide?
Et quels vœux formes-tu pour la race d'Alcide »)?"
1) Il u*est pas inutile de faire observer, que c'est dans la bouche d'un Po-
lyphonie, d'un tyran, d'un usurpateur, du meurtrier de son roi, que vol-
taire met cette maxime, indigne d'être prononcée par un prince équitable:
Le premier qui fut roi, fut un soldat heureux.
2} Surnom d'Hercule.