Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
162.
elle se livra entièrement an penchant qu'elle avait manifesté de bonne heun
pour les travaux littéraires, et publia un volume à'Élégies et romance-
(1818), suivi des Élégies et poésies nouvelles (1824|, qui se font remar
quer par une grâce naïve, un tour d'expression heureux, une émotion péné
trante et une sensibiHté communicative.
On a encore de M™® Desbordes-Valmore des ouvrages destinés à 1
jeunesse, tels que: Contes en prose pour les enjants (1840); les Ange
de la famille (1850); Jeunes têtes et jeunes cœurs (1855), etc. — «Se
morceaux, dédiés Aux petits enfants, en trop petit nombre, sont vraimei
délicieux," Oserai-je dire, ajoute M. A. Vinet, que l'idée de l'un deux
Petit rieur, me paraît presque sublime."
Le Petit rieur.
„Laissez entrer ce chien qui soupire à la porte;
Je souffre quand j'entends souffrir autour de moi:
Fût-il aveugle et vieux, il pleure; qu'on l'apporte;
Mon feu lui sera doux... Quoi! petit Paul, c'est toi?'
C'était le petit Paul. «Sous un brouillard d'automne,
Pensif et tout mouillé, depuis un long moment.
Sans l'ouvrir, à la porte il grattait doucement.
Pourquoi n'entrait-il pas ? On l'entoure, on s'étonne.
Il entre. Il reste là sans avoir dit: Bonsoir,
Bonsoir petite mère! et sans oser s'asseoir.
Mais Paul tenait en vain sa paupière baissée:
Les mères ont des yeux qui percent la pensée.
— „De l'école avant l'heure on vous a fait sortir:
Pourquoi? Ne mentez pas.
— Je ne sais plus mentir,
Mère. Pour presque rien.
•— Presque dit quelque choi
Votre maître est si bon qu'il ne fait rien sans cause.
— On ne peut jamais rire, et c'est bien malheureux!
Moi, quand je ne ris pas, je suis tout las de vivre.
— Vous avez donc ri, Paul?
— Oui, mère, sous mon liv