Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
161
Et amenez un veau gras, et le tuez; mangeons et réjouis-
ons-nous ;
Parce que mon fils, que voici, était mort, et il est revenu
la vie; il était perdu, mais il est retrouvé." Et ils com-
encèrent à se réjouir.
['1 Cependant, son- fils aîné, qui était à la campagne, revint;
:|et comme il approchait de la maison, il entendit les chants et
: âes danses.
•î Et il appela un des serviteurs, à qui il demanda ce que
jc'était.
i| Et le serviteur lui dit: „Ton frère est de retour, et ton père
a tué un veau gras, parce qu'il a recouvré son fils en bonne
ianté."
' Mais il se mit en colère, et ne voulut point entrer. Son
père donc sortit et le pria d'entrer.
] Mais il répondit à son père: „Voici, il y a tant d'années
que je te sers, sans avoir jamais contrevenu à ton commande-
ment, et tu ne m'as jamais donné un chevreau pour meu-éjouir
vec mes amis.
Mais quand ton fils que voilà, qui a mangé tout son bien
vec des femmes débauchées, est revenu, tu as fait tuer un
eau gras pour lui."
Et son père lui dit: „Mon fils, tu es toujours avec moi, et
ont ce que j'ai est à toi.
Mais il fallait bien faire un festin et se réjouir, parce que
on frère, que voilà, était mort, et il est revenu à la vie; il
tait perdu, tt il est retrouvé."
SAINT LUC; XV, 11- 32.
Parmi les femmes de lettres, si nombreuses au dix-nenvième siècle,
desboedes-valmore occupe uu rang distingué. Née en 1787 à Douai
Nord), elle mit à profit les avantages d'une éducation soignée, et se fit
omédienne; mais elle ne put résister aux dégoûts inséparables de la profes-
ion qu'elle avait embrassée, et se retira au bout de quelque.=i mois.
Devenue Valmore par son mariage avec l'acteur tragique de ce nom,
11
[