Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
144.
tats de cette grande journée, la voix qui s'élevait près de ce
champ de bataille, était toujours une voix de respect et de
deuil. L'opinion politique faisait place à une émotion plus
puissante, et, si un sentiment dominait alors tous les autres,
c'était de la sympathie pour le courage malheureux.
Je descendis donc de voiture dans le village même, devenu
presque un bourg depuis 1815, où son nom sortit pour la pre-
mière fois, et pour jamais, de l'oubli '). Ce nom lui attire,
en effet, chaque année, une foule de visiteurs de tous les coins
de la terre, et, au dire des gens de l'endroit, le nombre ne
tend nullement à diminuer, au contraire. L'un d'eux me disait
même que, cette année, la campagne'^) avait été encore meil-
leure que les précédentes, et ils tirent ainsi leur prospérité de
ce qui autrefois avait causé leur ruine.
Sitôt que je me dirigeai vers le champ de bataille, je fus
entouré d'une nuée de cicérones je m'y attendais, et les re-
merciai. Un d'entre eux, plus habile, que je rencontrai quel-
ques pas plus loin, me dit bonnement qu'il s'en retournait
chez lui à Planchenois , et me demanda la permission de
faire route ensemble. Il est facile de comprendre que la con-
versation s'engagea, et je dois reconnaître qu'il me donna plu-
sieurs détails intéressants, et me rappela bien des circonstances
oubliées; aussi ne perdit-il pas son temps, ce dont il se doutait
probablement à l'avance. Il avait treize ans, lors de la bataille,
et l'avait à peine aperçue ou plutôt entendue; car il était caché
dans les bois avec toute sa famille. Je lui demandai comment
il se faisait donc qu'il connût si bien les mouvements des armées,
les noms même des régiments, des généraux, leurs positions
respectives et toutes les fluctuations de la lutte. Il me dit qu'il
avait appris tout cela, comme les autres guides, en suivant les
1) La bataille a reçu improprement le nom du village de Waterloo,
parce que le duc de Wellington, général en chef de Tarmée aoglo-hollan-
daise, y avait pris ses quartiers. j
2) Expression dont se servent entre eux les guides et les officieux.
3) Mot italien: pr. ichitchéronej guide qui fait voir aux voyageurs les}
curiosités. «
Village désolé par les Prussiens. |