Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
128.
Nos bons amis, libres, heureux,
Aimèrent d'autant plus la vie
Qu'ils se la devaient tous les deux.
Le Canard aimanté.
„Un jour," dit j.-j. Rousseau, „je vais à la foire; un joueur
de gobelets attire, avec un morceau de pain, un canard' de
cire flottant dans un bassin d'eau. Fort surpris, je ne dis pour-
tant pas: c^est un sorcier ; car je ne sais ce que c'est qu'un s&fcier,
Sans cesse frappé d'effets dont j'ignore les causes, je ne me
presse de juger de rien, et je reste en repos dans mon igno
rance jusqu'à ce que je trouve l'occasion d'en sortir.
De retour au logis, à force de parler du canard de la foire,
je vais me mettre en tête de l'imiter; je prends une bonne
aiguille bien aimantée; je l'entoure de cire blanche que je fa-
çonne de mon mieux en forme de canard, de sorte que l'aiguille
traverse le corps. Je pose sur l'eau le canard, j'approche du bec
un anneau de clé, et je vois, avec une joie facile à comprendre,
que mon canard suit la clé comme celui de la foire suivait
le morceau de pain. Observer à quelle direction le canard
s'arrête sur l'eau quand on l'y laisse, c'est ce que je pourrai
faire une autre fois; quant à présent, tout occupé de mon
objet, je n'en veux pas davantage.
Dès le même soir, nous retournons, mes camarades et moi,
à la foire avec du pain préparé dans nos poches; et, sitôt que
le joueur de gobelets a fait son tour, mes petits docteurs qui
se contenaient à peine, lui disent que ce tour n'est pas diffi-
cile, et qu'eux-mêmes en feront bien autant. Ils sont pris au
mot, et, à l'instant, ils tirent de leurs poches le pain où est
caché le morceau de fer. En approchant de la table, le cœur
leur bat; ils présentent le pain presque en tremblant; le canard
vient et le suit, les enfants s'écrient et tressaillent d'aise. Aux
battements de mains, aux acclamations de l'assemblée, la tête
leur tourne, ils sont hors d'eux. Le bateleur interdit vient