Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
117.
A toute heure, en secret, du peuple qu'on opprime
Un pouvoir inconnu ranimant la fierté,
Dit au cœur assez fort pour ce fardeau sublime:
Liberté! liberté!
Orgueilleux gouverneur quelle terreur te presse?
Pourquoi fermer sur toi la sombre forteresse ®)?
Ah! de la liberté dénonçant les efl'orts,
Un traître l'aurait-il livrée à tes trésors?
Non, mais à ton effroi tu sens qu'elle s'éveille;
Tu lis partout son nom d'un œil épouvanté;
Partout un dieu vengeur répète à ton oreille:
Liberté! liberté!
Liberté, c'est ton jour, ce sol est ton empire;
Là, nulle ambition sous tes traits ne conspire:
Dun peuple pauvre et fier toi seule armes les mains;
Sur ces pics sourcilleux, vierges de pas humains,
L'aigle au vol indompté semble te rendre hommage.
Le bleu miroir des lacs réfléchir ta beauté.
Et le bruit des torrents dire à l'écho sauvage:
Liberté! liberté!
Héritier de ces biens, toi qui les abandonnes.
Et soutiens à prix d'or les lointaines couronnes
D'où vient qu'aux premiers sons d'un air mélodieux,
J'ai vu des pleurs furtifs s'échapper de tes yeux *)?
ï) Le tyran Gessler.
• ï) Le château de Kiissnacht dont les sombres mines contrastent avec
la riante couleur des bois qui l'environnent.
8 Rappelons ici qu'un avoyer se trouvant à table avec un ambassadeur
pfrançais, celui-ci dit à son interlocuteur: »Qu'on aurait pu faire une chaussée
fijd'argent, de Paris à Bâle, avec les sommes considérables que les Suisses
au service de France avaient coûté à sa patrie." — »Dites plutôt," reprit
r,le magistrat, »qu'on franchirait le même espace sur un canal, fait avec
r.le sang qu'ils ont versé pour la France."
p, ♦) On rapporte que les Suisses, engagés au service de l'étranger, ne