Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
115.
Alpes, ceignant ce superbe amphithéâtre, et le mont Blanc, ce
géant des montagnes européennes, le couronnant de cet immense
groupe de neiges, oîi la disposition des masses et l'opposition
des lumières et des ombres produisent un effet qu'aucune ex-
pression ne peut faire concevoir à celui qui ne l'a pas vu! Et
ce beau pays, si propre à frapper l'imagination, à nourrir le
talent du poète ou de l'artiste, l'est peut-être encore davantage
à réveiller la curiosité du philosophe, à exciter les recherches
du physicien. C'est vraiment là que la nature semble vouloir
se montrer par un plus grand nombre de faces.
Les plantes les plus rares, depuis celles des pays tempérés
jusqu'à celles de la zone glaciale, n'y coûtent que quelques pas
au botaniste; le zoologiste peut y poursuivre des insectes aussi
variés que la nature qui les nourrit; le lac y forme pour le
physicien une sorte de mer, par sa profondeur, par son éten-
due, et même par la violence de ses mouvements; le géologiste,
qui ne voit ailleurs que l'écorce extérieure du globe, en trouve
là les masses centrales relevées et perçant de toutes parts leurs
enveloppes pour se montrer à ses yeux; enfin, le météorologiste
y peut à chaque instai^t observer la formation des nuages, pé-
nétrer dans leur intérieur, ou s'élever au-dessus d'eux.
SABINE-AMABLE voÏART, dame TASTU, femme de lettres, ne'e à Mets
t (Moselle), le 31 août 1795, épousa eu 1816 M. Joseph Tastu, imprimeur,
q Après une première jeunesse ignorée, elle vivait modestement, s'occupant
; d'éducation, lorsque quatre ans après son mariage, elle débuta par la
iChevakrie française, petit volume composé de pièces en vers et en prose.
^De 1811 à 1823, elle remporta trois couronnes aux Jeux floraux et
^fixa enfin l'attention publique par les Oiseaux du Sacre (1824), poème
') Se pron. mes-se.
On appelle Jeux floraux, ou Académie des jeux floraux, une assem-
^blée qui se tient à Toulouse pour la distribution de quelques prix qui re-
iiprésentent des fleurs en or et en argent, et qui se donnent à ceux qui
iont le mieux réussi en certains genres de poésies, ou dans un discours
lid'éloquence. Cette Académie, la plus ancienne de l'Europe, fut instituée
^vers la fin du 15® siècle, par Clémense Isaure, illustre demoiselle de
^Toulouse.
î 8*
1'