Boekgegevens
Titel: Nieuw leer- en vertaalboekje, ten gebruike bij het aanvankelijk onderwijs der Fransche taal
Auteur: Schifflin, Ph.; Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Dordrecht: H. Lagerweij, 1855
2e verm. dr.
Opmerking: 1e stukje
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: P.B. 475 : 2e dr.
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205452
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Nieuw leer- en vertaalboekje, ten gebruike bij het aanvankelijk onderwijs der Fransche taal
Vorige scan Volgende scanScanned page
— 88 —
que la fille était innocente, que mon père proposa à votre
ami d'écrire au juge. Au milieu des plus grands trésors,
le tyran était pauvre, parce qu'il n'avait point d'amis. Après
que les garçons curent trouvé la bourse, leur père porta
au juge de la ville l'argent qui y élait. J'étais dans cette
ville quand le roi et la reine y entrèrent. Les voleurs
blessaient le pauvre homme qu'ils laissaient pour mort. Un
homme fort pauvre trouva dans une bourse deux cents
pièces d'or. Voilà une bourse; vous y trouverez plus de
pièces d'or que de pièces d'argent; et voilà une autre
Lourse où vous trouverez autant de pièces d'argent que
de pièces d'or.
Wat zoekt gij, mijn vriend F Ik zoek mijne beurs, Be
vader omhelst zijnen zoon. Wij zoeken den dokier. Ik
vind in deze beurs vele goudstukken, meer goud- dan zil-
verstukken, Noemt gij dien man PieterF 3Ien noemt dezen
man Karei, Wij verklaarden, dal uw broeder gezond was.
Hij verwondde zijnen besten vriend. De roovers lieten den
regter voor dood liggen. Ik begeer rijkdommen. Gij vondt
geld in de beurs. De aarde bevat nog groote schatten. De
gezondheid is de grootste schat, dien ik begeer. Midden in
de rijkdommen was deze vromv zeer ongelukkig, want zij
had geene vrienden. Het koningrijk Holland is niet zoo
groot als het koningrijk België, Naauwelijks had ik de
beurs gevonden, of mijne broeders traden in de kamer.
62. Penser, denken; parler, spreken; causer, veroorza-
ken; délivrer, bevrijden; la patrie, het vaderland; présenter,
aanbieden, vertoonen; la tristesse, de droefheid; dessiner,
teekenen; Ie dessin, de teekening, teekenkunst.
Que penses-tu de mon ami? Je pense qu'il ne sera
pas utile à ceux qu'il nomme ses amis. Je pensais à mon
père, quand je parlai à ma mère. Tu pensais à ton oncle,
quand tu parlas de ta tante. Le fils pensait au chagrin
qu'il avait causé à son père; il pensait à sa mère et à la
tristesse qu'il causerait à sa mère. Nous aimons et nous
aimerons notre patrie. Je présentai la main à ce pauvre
homme, parce qu'il était trop faible pour marcher tout seul.