Boekgegevens
Titel: Nieuw leer- en vertaalboekje, ten gebruike bij het aanvankelijk onderwijs der Fransche taal
Auteur: Schifflin, Ph.; Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Dordrecht: H. Lagerweij, 1855
2e verm. dr.
Opmerking: 1e stukje
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: P.B. 475 : 2e dr.
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205452
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Nieuw leer- en vertaalboekje, ten gebruike bij het aanvankelijk onderwijs der Fransche taal
Vorige scan Volgende scanScanned page
— 129 —
Veux-lu que je vende ma bague d'or? Il veut que lu
vendes la boîle de crayons. Nous voulons que vous vendiez
une douzaine d'oeufs et trois douzaines de pommes. La
duchesse veut que la servante vende les bas de soie. Vou-
lez-vous que nous vendions plus de poules que de canards?
Les marchands polonais veulent que leurs frères vendent
les chaînes d'or et cclles d'argent. Quoique vous attendiez
votre frère, il n'est pas vraisemblable qu'il arrive. Il est
vrai qu'il rend beaucoup de services à son frère; mais est-il
vrai aussi qu'il rende des services à ses amis? Il serait à
souhaiter que Ion frère vendît son chien, et que lu ven-
disses tes chevaux. Serait-il à souhaiter que les ])aysans
vendissent leurs taureaux, leurs vaches el leurs veaux?
Souhaileriez-Yous que je vendisse la charrue et la herse de
ce pauvre pavsan? Etail-il vraisemiilable qu'il étendît son
manteau vert sur l'herbe? N'étail-il pas naturel que les
malheureuses mères qui avaient perdu leurs aimables en-
fants, répandissent des larmes, et qu'elles étendissent leurs
mains vers le ciel? N'était-il pas naturel que les heureux
parents élevassent leurs mains vers le ciel, et qu'ils rendis-
sent grâce à Dieu qui avait sauvé leurs enfants chéris?
C'était le seul cheval que je vendisse aux Polonais. Vous
n'empêchiez pas que je descendisse de l'arbre. Mon père
n'empêchait pas que nous rendissions ce service au géné-
reux Polonais.
Will gij, dat wij mven gouden ring verkoopenF Is het
waar, dat gij vele diensten bewijst aan uwe vrienden, en
dat gij weigert uwen broeder bij te staan? De paarden
zullen den ploeg trekken, en de aarde zal koren geven
aan de arbeidzame boeren. Schoon wij lang wachtten,
kwam hij echter niet. Zoudt gij wenschen, dat ik mijne
koopwaren te goedkoop verkocht? Zijt gij verwonderd, dat
de gelukkige vader God dankte voor van) zooveel ge-
luk? Ik belet niet, dat gij brood en geld geeft aan eenen
man, die, ofschoon hij ongelukkig is, uwe achting verdient.
Het is niet waarschijnlijk, dat wij onze waren duur ver-
koopen. Laat ons den Hemel danken, want onze broeder
is gered.