Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
92
pas non plus les frais qui pouvaient lui mettre un
obstacle, ainsi que Corneille l'a fort bien remarqué.
Mais aussitôt que Joseph eut été établi Régent d'Egypte,
il eut de nouvelles raisons pour ne pas faire savoir à
ses parents quelle était sa situation, et pour ne pas
encore les faire venir chez lui. Ecoutez maintenant
avec attention ce que je vais vous en dire:
Durant les sept années d'abondance Joseph pensait :
» Le Pharaon m'a tellement élevé, parce que j'ai ex-
pliqué ses songes et parce que j'ai prédit la famine.
Il croit avec la plupart des Egyptiens que le bon Dieu
m'a assisté en cela, et que ces aimées stériles viendront
certainement; c'est pour cela qu'il me laisse construire
des magasins, acheter du blé et disposer de tout à
mon gré. Mais tant que les anneés stériles ne seront
pas venues, tout le monde ne sera pas encore con-
v.iincu que mon explication des songes du Pharaon
ait été juste. Or, si, antérieurement à cette époque,
je faisais venir mou père avec sa famille nombreuse,
les Egyptiens se fâcheraient contre moi. Ils pense-
raient que je ne me suis laissé guider que par mon
•propre intérêt pour favoriser mes amis; pour les en-
richir aux dépens du Roi. Ils inspireraient au Prince
des soupçons contre moi, et celui-ci me congédie-
rait." — C'est pour ces raisons que Josepli dut gar-
der le silence pendant ces sept années, bien qu'il eût
désiré avoir sa famille auprès de lui.
Chkistixe. — Eh bien!. Jacques, qu'as-tu mainte-
nant à ré])liquer?
Jacques. — Je commence déjà à croire que Joseph