Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
91
ne sulilsait pas. Dans ce pays-là les routes étaient
peu fréquentées et peu siàres, à cause des voleurs et
des bêtes féroces. On ne trouvait nulle part de quoi
se nourrir et se rafraîchir. Il n'y avait nulle part
d'auberges. Personne n'y pouvait voyager seul. Pour
faire ce message il aurait fallu bien des personnes avec
des ânes ou d'autres animaux, aiin de porter ce qui est
de nécessité en voyage. Mais Joseph ne pouvait for-
mer une pareille entreprise, ni en faire les frais, tant
qu'il était en servitude ou en prison.
COKNEILLB. - - Tout Cela est sans contredit, mon-
sieur; mais pourquoi Joseph n'envoya-t-il donc pas des
gens en Canaan, après qu'il fut devenu maître de toute
l'Egypte? Alors il ne lui manqua pourtant pas de
domestiques ni de moyens !
M. vekmond. — Je m'attendais à cette question ,
Corneille. Voici l'objection principale : » Pourquoi
Joseph, le Régent, garda-t-il le silence, pendant les
sept années d'abondance en Egypte, et encore pendant
emâron deux ans de la famine, jusqu'à ce que les
frères vinssent d'eux-mêraes chez lui?"
Jacques. — Eh oui, c'est ce qui n'était pourtant
pas bien, d'être un grand et riche Seigneur durant
neuf ans, sans s'informer de ses parents et sans leur
rien distribuer ! Il aurait dû les invHer incessamment
chez lui. Car il était toutefois trop puissant et trop
heureux pour avoir encore peur de ses frères.
M. VERMOND. — Je n'en disconviens pas, Jacques,
mais ce ne fut pas là la cause principale, pour laquelle
Joseph garda à cette époque le silence. Ce n'étaient