Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
ont tort. Voudriez-vous bien, monsieur, nous tirer
d'affaire ; car alors nous aurons à coup sûr gain de
cause.
M. vermond. — C'est ce que je ferai volontiers;
je crois aussi, moi, que Joseph aimait sincèrement
son père et ses frères. Voyons donc de quoi on l'ac-
cuse. Ah ça! Jacques, dis-moi pourquoi tu penses
avec Corneille et Marie que Joseph n'aimait pas vé-
ritablement son père Jacob et ses frères.
Jacques — Parce qu'il ne s'informa pas une seule
fois de son père ou de ses frères pendant les vingt
années qu'il avait été hors du Canaan. Nous ne conce-
vons guère qu'on puisse intimement aimer quelqu'un
et ne pas se donner de la peine, dans un si grand
intervalle, pour savoir s'il vit encore, et comment il
se porte. 11 nous semble que dans le cas que Joseph
aimât tant son père et ses frères, il aurait dû depuis
longtemps envoyer quelqu'un en Canaan, pour dire
qu'il vivait encore, où il était et comment il se ])or-
tait. Mais comme il garda le silence, nous pensons
qu'il avait tout à fait oublié ses parents ou qu'il ne se
souciait guère de les revoir, et c'est ce qu'on ne sau-
rait pourtant approuver?
M. vermond. — Je t'avoue, Jacques, que tu as
de meilleures raisons pour te plaindre de lui que je ne
pensais. De la manière que tu représentes la chose ,
Joseph parait être par trop coupable. Mais en exa-
minant de plus près la question, j'espère néanmoins
te faire voir qu'il était innocent et qu'il aimait effec-
tivement ses amis. Ecoutons en attendant, Christine ,