Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
86
que doit s'en acquitter fidèlement, y travailler avec
beaucoup d'attention, et ne pas vivre à son gré.
Le Pharaon avait déjà appris que les frères de Jo-
seph étaient venus d'arriver chez lui. Il voulut bien
que toute la famille vînt en Egypte, et déclara à
Joseph qu'il n'avait rien de si précieux qu'il ne vou-
lût donner au vieillard et à sa famille. Le Roi vou-
lut aussi que Joseph fît donner aux frères des chariots,
des ânes, des vivres et tout ce qui pourrait contri-
buer à faciliter le voyage et à le rendre plus com-
mode à Jacob, aux femmes et aux enfants !
Corneille. — Pour le coup, Joseph n'en aura
pas été fâché !
M vermond. — Non pas sans doute; il exécuta
tout avec une vive allégresse, parce que c'était pour
son père et ses frères. Il leur donna beaucoup de
voitures pour retourner en Canaiin et de meilleurs ha-
bits et une bonne provision de vivres. Benjamin reçut
en outre de lui trois cents pièces d'argent et une plus
grande quantité de beaux habits que les autres, paice
qu'il était le bien aimé frère de Joseph. Les frèies
reçurent aussi dix ânes, qui portaient des fruits déli-
cieux comme un présent, et encore dix bourriques,
chargées de blé, de pain et de différentes viandes pour
le vieillard, afin de servir de consommation pendant
le retour vers l'Egypte. Lorsque tout fut prêt, Jo-
seph dit: »Eh bien! mes frères, adieu; allez en paix
chez notre vieux père lui porter la bonne nouvelle
de ma part. Ne vous inquiétez plus en chemin de
ce que vous m'avez vendu : tout est oublié, tout est