Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
71
bonnes raisons, et Joseph ne pouvait donc pas trop
bien y faire du changement. Il vaut toujours mieux
se conformer aux usages, lorsqu'ils ne sont pas vi-
cieux , que de scandaliser lies autres et de les irriter
en agissant autrement qu'il ne leur semble être con-
venable. Il n'y a pas de mal jiour nous à observer
cela à l'égard de choses indifférentes; mais lorsqu'il y
a du mal réel dans les habitudes d'autrui ou dans une
mode, nous ne devons pas les suivre, quand même
tout le monde nous en donnerait l'exemple.
Mais vous saurez encore quelque chose de la ma-
nière de placer les frères à table. Joseph s'y prit si
singulièrement que ses frères en furent tout ébahis. ■
Christine. — Comment donc, monsieur? Les chai-
ses ou les bancs étaient-ils si curieux?
M. vermond. — Non, ce n'est pas cela, mais il
les plaça à table précisément suivant leur âge: d'abord
Ruben, qui était l'ainé; puis celui qui le suivait et
ainsi du reste jusqu'à Benjamin. Ils ne pouvaient pas
penser que cela se fît simplement par hasard, et ils
ne comprenaient non plus comment le Régent d'Egypte
pouvait savoir au juste quel âge ils avaient. Joseph
prit plaisir à leur surprise et à leurs discours qu'ils
croyaient ne pas être compris.
J1 voulut voir ensuite s'ils témoigneraient la même
envie, la même jalousie à l'égard de Benjamin que celle
qu'il avaient autrefois montrée par rap])ort à lui-même.
En faisant servir des mets à la table de ses frères, il
fit en sorte que Benjamin eut cinq fois autant que les
autres. Cependant tout finit à merveille. Il n'entendit