Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
64
encore un frère?" — Dans ce cas le vieillard Jacob
fit ce que l'on voit faire à bien des personnes qui sont
craintives de leur naturel. Lorsqu'un accident imprévu
les a mis en peine, ils veulent néanmoins l'imputer à
autrui. 11 en fut ici de même. C'était avec de bon-
nes intentions que Juda et ses frères avaient parlé
au Régent d'Egypte de leur père et de Benjamin.
Juda ne manqua pas d'alléguer tout ceci, en ajoutant :
— »Comment pouvions-nous savoir d'avance que ce
Seigneur dirait: amenez-moi votre frère cadet!" En-
suite Juda parla encore à son père en homme prudent
et sensé sur ce qu'U convenait de faire dans cette con-
joncture: — Donnez-nous toujours Benjamin," dit-il,
» confiez-le moi ! j'aurai soin de lui, comme de moi-
même. Je réponds de lui. Vous pouvez me redeman-
der le jeune homme. S'il lui arrive quelque chose de
fâcheux, ce sera ma faute et je ne pourrai m'en ex-
cuser. Pensez-y bien, mon père; nous perdons notre
temps, et nous aurions déjà pu revenir deux fois. Lais-
sez donc Benjamin venir avec moi, sans quoi nous
mourrons peut-être de feim!"
C'était alors que Jacob parla, comme il convenait
de parler. »11 n'en est pas autrement," dit-il, »il
faut bien que Benjamin voyage ayec vous, à moins
que nous ne manquions du nécessaire. Eh bien ! qu'il
aille avec vous !"
Christine. — C'est ce que je n'aurais jamais pensé !
Mais, monsieur, les frères n'avaient-ils pas peur de re-
tourner en Egypte? N'étaient-ils pas en peine à cause
de l'argent qui s'était trouvé dans leurs sacs?