Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
61
auberge, ou à un endroit propre à se reposer, l'un
d'entre eux voulut prendre de son sac-à-blé de la nour-
riture pour son âne, et voilà qu'il y retrouva son ar-
gent, justement le prix de son blé. C'est ce qui causa
d'abord un grand étonnement, mais ils ouvrirent de
plus grands yeux encore, lorsque chacun des autres
retrouva, de la même manière, l'argent qu'on avait
payé. Pour ce coup ils n'y purent rien comprendre,
et ils furent fort embarrassés. Ils étaient cependant
trop avancés dans leur voyage, pour rebrousser che-
min; ils continuèrent donc leur route pour raconter
tout à leur père.
C'est ainsi qu'ils revinrent en Canaan chez le vieux
Jacob, chez leurs femmes et leurs enfants. Chacun fut
bien aise de les voir arriver de loin avec des ânes qui
portaient des sacs remplis de blé. Mais ils ne tar-
dèrent pas à s'apercevoir que Siméon n'était pas du
nombre. C'est ce qui mêla de nouveau leur joie de
tristesse, comme cela arrive presque toujours dans ce
bas monde. Les frères devaient raconter alors tout ce
qui leur était arrivé en Egypte et pendant leur voyage,
et toute la famille les écoutait avec attention. Jacob
fut aussi embarrassé que ses fils à l'égard de l'argent
qu'ils avaient retrouvé dans les sacs. Il ne s'affligeait
pas moins de la captivité de Siméon; mais il y avait
une chose encore qui ne lui plut en aucune manière,
et à laquelle il ne voulut nullement consentir.
Jacques. — Je devine ce que c'était. Il ne voulait
pas envoyer Benjamin avec eux en Egypte.
M. vekmond. — Tu as deviné juste, Jacques. Quant