Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
56
à Joseph un interprète vis-à-vis de ces frères ? Ne
parlaient-ils pas Hébreu, l'ancienne langue que Joseph
avait déjà parlée avant de savoir un mot d'Egyptien?
Ou avait-il oublié sa langue maternelle?
M. VERMOND. — Mais non, Jacques. Il pouvait
fort bien entendre les frères ; mais selon l'usage l'in-
terprète était toujours employé lorsque son maître par-
lait à des étrangers. Apparemmejit aussi cet inter-
prète ignorait-il que Joseph sût l'Hébreu. Et c'est ce
qui était fort à propos. A ce compte Joseph pouvait
parler en langue égyptienne et se cacher ainsi à ses
frères, comme c'était son dessein. Car s'il avait parlé
Hébreu, ils se seraient tout aussitôt aperçus qu'ils
avaient affaire à l'un de leurs compatriotes, et à coup
sûr ils l'auraient examiné avec plus d'attention.
Joseph leur fit donc demander au moyen de son
interprète : » D'oii venez-vous ?" — » Nous venons du
pays de Canaan," répondirent-ils, »pour acheter du blé
afin de nous nourrir." Alors Joseph feignit de ne pas
pouvoir le croire, et dit d'un ton rude : — » Vous
êtes des espions, envoyés par nos ennemis, pour voir
si quelquepart le pays est à découvert, et oii l'on
pourrait l'envahir à l'improviste." Us firent de leur
mieux pour persuader au Seigneur d'Egypte qu'il s'a-
busait. — » Oh que non !" s'écrièrent-ils , » nous ne
venons que pour acheter des vivres, et nous sommes
d'honnêtes gens. Nous sommes tous frères. Nous
étions douze, mais nous avons laissé un de nos
frères, le cadet, chez notre père, et l'autre est déjà
mort."