Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
0.»
ils chérissaient en effet leur vieux père; — s'ils vi-
vaient en bonne harmonie ensemble: — s'ils vexaient
aussi Benjamin, ainsi qu'ils l'avaient vexé lui-même.
Il voulait être instruit de tout cela, et par cette rai-
son il se contint et ne se découvrit pas encore à ses
frères, bien que le cœur lui en dît. Il résolut même
de sévir d'abord contie eux, et de les mettre à l'é-
preuve, en leur causant de l'embarras. Vous savez
maintenant le dessein de Joseph, et vous pourrez com-
prendre pourquoi il agissait envers ses frères comme
je vais le raconter.
— »D'oii venez-vous?" leur fit-il demander par son
interprète.
MziRiE. — Qu'est-ce qu'un interprète, monsieur ?
M. vermond. — Un interprète ou trucheman est
celui qui aide deux personnes, lorsque l'une parle une
langue que l'autre n'entend pas. Par exemple, Marie,
si tu ne savais parler que le Hollandais, et que je ne
susse que le Français, nous ne pourrions nous enten-
dre. Mais si Cataut savait également le Hollandais
et le Français, elle pourrait nous servir d'interprète.
Ce que je te dirais en Français, elle le traduirait en
Hollandais, et elle te ferait comprendre ce que j'aurais
voulu dire. Et si tu répondais en Hollandais, elle
devrait me rendre en Français ce que tu m'aurais ré-
pondu. Joseph avait un tel interprète ou trucheman
auprès de lui, lorsqu'il parlait à des étrangers. Cet
interprète savait entendre tous les étrangers, en sorte
que Joseph n'avait qu'à parler Egyptien.
Jacques. — Mais je m'y perds, monsieur. Fallait-il