Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
48
auront faim, ils seront bien aises de ce (^ue j'ai rem-
pli de si grands magasins! Car je sais pour sûr qu'il
viendra des années stériles, sans quoi Dieu ne m'aurait
pas assisté à entendre et à interprêter de cette manière
les songes du Pharaon." Aussi tout arriva comme il
l'avait attendu. Les sept années passées, le blé ne
voulut croître nulle part, et tous les comestibles deve-
naient chers et mauvais. Il en fut ainsi dans toute
l'Egypte et dans les pays limitrophes. On ne put avoir
nulle part du pain. Tout le monde souffrait infiniment
de la famine.
Les habitants de l'Egypte criaient alors au Pharaon :
»donnez-nous du pain; nous tombons d'inanition!" Le
E.oi répondait: »Adressez-vous à Joseph, et faites ce
qu'il vous dira. Il fera bien votre affaire." C'est ce
qu'ils faisaient, et ils achetaient du blé de Joseph, et
chacun fut bien aise de ce que Joseph avait tant amassé.
Corneille. — Voilà pourtant qui était une sage
précaution. Qui sait combien de ces hommes faméli-
ques seraient morts sans cela!
M. verjkjnd. — Oui, mes enfants, c'est aussi pour
cela qu'alors notre Joseph se réjouissait d'avoir amassé
du blé avec tant de soin. (î'était pour lui un plaisir
ineffable que de pouvoir conserver la vie à tant de
milliers d'hommes. Il remerciait sans cesse Dieu, qui
l'avait assisté à comprendre les songes du Pharaon.
En général il menait alors avec sa femme et ses en-
fants la vie la plus heureuse, comme il le méritait.
Mais il est temps que je vous raconte quelque chose
du vieux Jacob et des frères de Josepli.