Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
34
M. VERMOND. — C'est l'arbuste où croissent les
raisins, et du jus de ces raisins on fait le vin ; c'est
pour cela que cet arbuste s'appelle un cep de vigne. —
» J'ai rêvé," raconta l'échanson du Pharaon, » que j'étais
près d'un cep de vigne, et à ce cep je vis trois sar-
ments ou branches. Ensuite le cep eut trois gros
bourgeons; il fleurissait et il y vint des grappes de
raisins mûrs. Je rêvais ensuite que j'avais à la main
la coupe dans laquelle le Roi boit pour l'ordinaire,
que je pressurais les raisins dans cette coupe, et que
je la donnais alors au Roi pour y boire." — Quand
l'échanson eut fini ce songe, il était fort curieux de
savoir ce que Joseph en dirait. Le maître d'hôtel
écoutait aussi avec attention, et Joseph fit aussitôt au
Grand-Echanson cette explication de son rêve: »Les
trois sarments de ce cep, dont vous avez rêvé, signi-
fient trois jours. Le songe entier veut dire, que d'ici
dans trois jours vous rentrerez dans les bonnes grâces
du Pharaon, et que vous lui verserez du vin, tout
comme auparavant."
Marie. — C'était une bonne nouvelle pour l'échan-
son! dès ce moment il n'aura plus été si inquiet.
M. vermond. — C'est ce que je crois aussi, Marie !
Aussi le Grand-Eclianson était innocent du crime dont
on l'avait accusé ; mais le Grand-Panetier en était bien
coupable.
Quand l'échanson eut remercié Joseph de son inter-
prétation favorable du songe, Joseph lui dit: »J'ai
aussi une prière à vous faire. Vous pouvez me rendre
un service insigne. Quand vous serez de nouveau chez