Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
25
AI. vekmond. — Non, Corneille. 11 s'en fa .t de
beaucoup que l'histoire soit finie. Notre Joseph eut
encore bien des aventures remarquables avant de mou-
rir, et je vous les raconterai toutes.
Lorsqu'il était si heureux chez Potiphar, comme je
vous l'ai dit, il arriva quelque chose qui le rendit de
nouveau tout-à-fait malheureux.
Jacques. — Alors il aura certainement commis
quelque faute, sans quoi le bon Dieu ne lui aurait pas
laissé essuyer ces revers.
M. vermond. — Pour le coup tu te trompes gros
sièrement, Jacques. On devient parfois infortuné, quoi-
qu'on n'ait pas fait proprement de mal. Le bon l^ieu
fait quelquefois essuyer des revers aux meilleurs des
hommes pour les rendre meilleurs encore, pour affer-
mir leur foi et leur confiance en Lui et pour les
exercer à la patience et à la mansuétude. Lorsque
vous verrez de grandes et nombreuses adversités fon-
dre sur quelqu'un, n'allez pas vous imaginer que
ce soit un méchant homme. De très-braves gens sont
devenus pauvres plus d'une fois, ou ont été mis en
prison , ou ont essuyé d'autres malheurs. Quelquefois
même on vit dans l'infortune, précisément pour avoir
voulu rester vertueux et agir honnêtement. Ce fut là
le cas de Joseph. Il ne voulait pas se livrer au vice,
et il s'attira par là ses disgrâces et sa misère.
Christine. — Je ne conçois pourtant pas, mon-
sieur , comment le bon Dieu peut permettre qu'on
devienne malheureux par sa probité.
M. vermond. — Cela serait en eftet inconcevable,
2