Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
23
était chef d'une troupe de soldats. Il avait nom Po-
tiphar. Ce seigneur acheta Joseph des Arabes. Le
pauvre jeune homme devait souffrir tout ce qui se
passait, sans dire mot. Il ne pouvait pas même de-
mander ce qu'on voulait faire de lui.
Jacques. — Pourquoi pas? C'est ce que j'aurais
fait décidément. J'aurais prié ce monsieur de me ren-
dre la liberté. J'aurais dit poliment.......
M. VERMOND. — Que je vous dise donc, mon cher,
que Joseph ne savait parler ni entendre que l'hébreu,
et ces gens parlaient pour la plupart l'égyptien; en
sorte qu'il ne savait pas bien ce qu'ils disaient, et qu'eux
ne comprenaient pas bien ce (jue Joseph voulait dire.
Jacques. — Eh! voilà (jui était bien malheureux.
M. vermond. — Sans doute. Joseph fut donc
emmené à la maison de Potiphar, auprès des autres
esclaves de ce seigneur. Il devait y travailler sans
relâche tant à la maison qu'à la campagne. La nour-
riture qu'on lui donnait suffisait à peine, et son gîte
était fort mauvais. Il avait pour toute compagnie des
esclaves stupides, qu'il ne connaissait point, et qu'au
commencement il ne pouvait pas comprendre. C'était
une grande différence pour lui en si peu de jours! De
l'enfant idolâtré d'un homme riche, il avait passé à
l'état d'un pauvre et misérable esclave. Le pieux
Joseph se disait néanmoins: »le bon Dieu sait dans
quel état je me trouve; pourvu que je me confie en
Lui, tout ira bien."
Aussi Joseph ne fut pas longtemps sans éprouver
qu'il avait bien fait de se confier en la Providence.