Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
•20
voir par-là, comment un crime entraîne toujours dans
un autre. D'abord ils vendirent Joseph: à présent ils
doivent mentir,- et désormais ils seront obligés d'en
faiie accroire sans cesse à leur père par de nouveaux
mensonges. Voilà ce qui arrive ordinairement. C'est
pourquoi il est de votre devoir de vous abstenir du mal,
et si cela vous arrive, n'hésitez pas à l'avouer tout de
suite, sans quoi vous mentiriez encore souvent, vous
deviendriez plus méchants de jour en jour, et le bon Dieu,
qui entend et qui voit tout, vous punirait certainement.
* Corneille. — Et ces méchants frères, monsieur,
Dieu ne les a-t-il pas punis?
M. vermond. — Oh certes ; mais longtemps après,
comme vous l'entendrez par la suite; car le bon Dieu
n'oublie jamais une chose, se fût-elle passée depuis
bien longtemps.
Le vieux Jacob attendait cependant le retour de son
cher Joseph. Il désirait déjà le revoir; — et voilà
qu'arrive le messager avec l'habit ensanglanté, avec le
bel habit de Joseph. »Connaissez-vous cet habit," de-
manda l'homme qui l'apportait à Jacob, »connaissez-
vous cet habit-là? Vos fils l'ont trouvé en chemin,
ils demandent si ce n'est pas l'habit de leur frère?
Le père s'effraya et s'écria en sanglotant : » Mais ! c'est
l'habit de Joseph! l'habit neuf que je lui ai donné.
Et il est plein de sang! sans doute une bête féroce
aura déchiré mon Joseph — l'aura dévoré: il n'en
est resté que l'habit; mon cher fils est mort!"
cornélie. — Y a-t-il des bêtes si féroces qui dé-
chirent les hommes et qui les mangent?