Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
13
vers ces méchants frères I mais ne demanda-t-il pas à
en être excusé, monsieur?
M. vermond. — Oh que non! Joseph était un
fils obéissant, qui voulait faire de bon cœur tout ce
qu'il plaisait à son père. Aussi n'était-il pas fâché
contre ses frères, mais il désirait déjà les revoir. Il
prit donc congé de son père et de Benjamin, et se
mit en chemin vers Sichem. Il avait souvent visité
les environs dans ses pérégrinations, et l'hospitalité
étant générale dans ces temps envers les voyageurs,
Joseph pouvait se reposer et coucher la nuit dans
chaque maison ou tente. Après avoir bien che-
miné, il arriva près de là et regarda de tous côtés;
mais il ne put trouver ni frères, ni tentes, ni trou-
peau. Enfin il rencontra un homme qui avait appris
(|ue ses frères étaient à Dothan. C'était encore à
quelques lieues au delà de Sichem. Joseph continua
courageusement sa route et les vit enfin de loin. Lors-
qu'il se fut rapproché, voilà que ses frères se tenaient
près de quelques fosses profondes ou puits d'eau. A
peine aperçurent-ils le bon Joseph, qu'ils se dirent
les uns aux autres : — » Ah ça, voilà notre songeur,
qui vient avec son bel habit! Tuons cet orgueilleux
jeune homme, et jetons-le dans une de ces fosses,
et puis nous dirons à notre père qu'un bête féroce
l'a dévoré. Nous verrons ainsi ce que deviendront
ses songes. Etant mort, il ne dominera point sur
nous!"
CoRNÉLiE. — Mais fi donc! ces méchants frères!
Pierre. — Dis plutôt: ce pauvre Joseph!