Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
10
Un jour Jacob fit faire au jeune Joseph un bel habit
de différentes ■ couleurs. Les autres frères ne reçurent
pas de pareils habits. Le seul Joseph fat paré avec
tant de soin. Vous pouvez donc vous imaginer quelle
dut être la jalousie de ces frères aînés, lorsqu'ils vi-
rent Joseph revêtu de ce bel habit. Ils se fâchèrent
tellement, qu'ils voulurent à peine l'aborder. On ne
saurait toutefois approuver dans les fils de Jacob cette
jalousie et cette mauvaise humeur à l'égard de Joseph.
Ce n'était pas cependant la faute de Joseph, si son
père l'aimait tant, et il est bien permis à un père de
donner à l'un de ses fils une chose qu'il ne donne
pas à tous les autres. Ils étaient les plus âgés, ils
auraient dû être aussi les plus raisonnables.
C'est ainsi que les frères portaient envie à Joseph
et qu'ils le traitaient avec aigreur. Sa franchise né-
anmoins et sa cordialité ne changèrent point à leur
égard. Il dit un matin avec sa simplicité naturelle:
»J'ai eu cette nuit un songe bien singulier, que je
dois vous raconter. J'ai rêvé que nous étions à la
campagne et que nous faisions des gerbes."
CORNÉLIE. — C'est ce que je ne comprends pas
bien, monsieur; qu'est-ce que des gerbes?
M. vekjiond. — On nomme gerbes des faisceaux
de blé coupé, qu'on lie ensemble en bottes pour les
sécher ensuite. — »J'ai rêvé," dit Joseph, »que nous
faisions des gerbes. Ma gerbe se levait et se tenait de-
bout au milieu, et vos gerbes, mes frères, se levaient
autour de la mienne, et s'inclinaient devant ma ger-
be, comme si elles voulaient la saluer respectueuse-