Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
136
n'arrivait plus à présent. Ou est-cc que le bon Dieu
parle encore quelquefois aux hommes par des révéla-
tions comme dans ces anciens temps?
M. vermond. —■ Non, Cliristine, cela n'est plus
nécessaire, comme il l'était alors. Dans ces temps
d'Abraham, d'Isaac, de Jacob et de Joseph, et long-
temps encore après, les hommes n'avaient point de
livre, dans lequel ils pussent apprendre ce que Dieu
exige et ce qui leur est promis. Il n'y avait pas en-
core de Bible dans le monde. C'est pour cela que Dieu
instruisait alors les hommes d'une manière particulière.
Mais cela ne serait pas nécessaire par rapport à nous.
Nous avons la Bible entière, pour y lire. Nous pou-
vons y trouver tout ce qu'il nous faut savoir; et ce
que le bon Dieu piomet dans cette Ecriture sainte à
tous les hommes, c'est ce que nous devons considérer
et croire , comme si cela venait nous être promis
en personne. De cette manière nous pouvons suivre
l'exemple de Joseph dans sa confiance en Dieu ; ainsi
nous pouvons ajouter foi aux choses que nous ne voyons
pas, qui ont été promises ci-devant et qui n'arriveront
(jue dans la suite.
Vu donc que Joseph était intimement persuadé que
sa famille rentrerait en Canaiin, il désirait que son
corps y fut inhumé. Mais il n'exigea pas que ses frères
l'y portassent tout de suite après sa mort. 11 lui suf-
fisait qu'ils promissent d'avoir soin que son corps y fût
conduit par eux ou par leurs enfants, lorsqu'ils parti-
raient pour ce pays. Les fières s'en chargèrent et s'y
obligèrent par un serment solennel. Ensuite la céré-