Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
134
Joseph montra que sa façon de penser était encore la
même depuis dix-sept ans. Il leur donna les plus for-
tes preuves d'un pardon sincère et d'un amour constant.
Les frères n'étaient pas non plus assez incrédules ni
assez soupçonneux pour se méfier encore de lui. Ils
s'en retournèrent en Gessen fortement émus, mais con-
solés et encouragés; et ils louaient Joseph partout et
le reconnaissaient pour leur bienfaiteur. Je ne doute
pas non plus que moyennant tout cela ils n'aient appris
à réfléchir de plus en plus, et qu'ils ne soient devenus
toujours plus vertueux.
Pendant bien des années les enfants de Jacob vécu-
rent ainsi en paix et en prospérité, sans qu'il leur
arrivât rien de remarquable. Cependant la famille s'ac-
crut extraordinairement. Joseph devint non seulement
grand père, mais il devint encore bisaïeul. Véritable
ami des enfants, il jouait avec les enfants de Manassé
qu'il tenait sur ses genoux et qu'il portait entre ses
bras. Il était l'oncle et le grand oncle chéri des enfants
et des petits-enfants de ses frères. Il ne vint au paj's
de Gessen qu''il n'y eût une joie universelle; il ne
repartit pour la ville que l'on ne désirât de le revoir
bientôt. — C'est ainsi que Josepli jouissait du doux
plaisir de faire du bien et d'être aimé jusqu'à l'âge de
cent-dix ans.
Henri. — Et qu'arriva-t-il alors? J'espère pourtant
qu'il ne va pas encore mourir!
Cornélie. — Ah ! je n'en serais pas moins -désolée !
j'aimerais mieux qu'il parvînt au moins à l'âge de Jacob.
M. vermond. — Oui, mes enfants, je dois le dire.
On vit diminuer alors les forces de Joseph et l'on